Où êtes-vous les hellocotonneuses ?

Publié le 15 Avril 2016

Où êtes-vous les hellocotonneuses ?

Je me rappelle le jour où j'ai découvert Hellocoton. C'était une communauté qui frétille de vie. J'ai découvert plein de blogs qui m'inspiraient, je pouvais enfin lire de supers articles à gogo, moi qui suis une grande amoureuse des mots ! Et les photos ! Je m'en mettais plein la vue : des photos de voyage, de paysages ... ! C'était un régal ! Je suivais tout plein de blogueurs - de blogueuses surtout - géniaux qui avaient toujours des idées originales de sujet d'article, de belles idées de recettes ou de DIY ...

Je ne dis pas que tout çà n'existe plus maintenant, mais je regrette ce foisonnement, ce frétillement d'activités et de vie ces derniers temps. On y trouve encore tout plein de super blogs mais plus autant qu'avant. On sent un certain ralentissement et je peux situer exactement quand çà a commencé.

Je me souviens que çà a commencé en janvier 2015, à la suite des attentats contre Charlie Hebdo, puis de l'Hyper Cacher. La brutalité de ces attentats nous ont coupé toute inspiration. Nous avancions un peu forcés les semaines, et même les mois d'après. Ce n'était pas tellement la peur, c'est l'incrédulité, le sentiment d'injustice et d'impuissance. Je me souviens alors que depuis, les activités des blogueurs se sont un peu ralenti. Il y a moins de publications, moins de votes, moins de vie quoi !

Les attentats de novembre n'ont rien arrangé. C'est un peu comme si on ne s'autorisait pas la légèreté et l'insouciance, c'est comme si nos mots ont fait la malle, l'inspiration tarie.

Je ne sais pas si vous êtes d'accord avec mon constat, mais je voudrais appeler les hellocotonneuses et les hellocotoneurs à revenir faire la fête, célébrer la vie, à continuer à être les super "mécréants" que nous sommes, à dire que la vie prend toujours le dessus, que malgré tout, tout va bien, tout finit toujours par aller bien !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Commenter cet article

Aurore 21/04/2016 13:45

Je pense qu'il y a une petite lassitude dans la communauté des blogueuses. On est nombreuses, il y a la routine ...
J'ai senti moins d'échangé aussi de mon côté, mais je ne saurais quand le situer exactement. Peut être que, tout simplement, le blog comme nous le connaissons s'essoufle un peu ?

Janachète 18/04/2016 22:08

Bonsoir Corinne !
J'ai bien ressenti moi même cette envie d'abandonner quelques fois, mais je ne pense pas vraiment que ce soit lié aux attentats .
Et je n'ai pas remarqué le ralentissement dont tu parles , du moins par rapport aux blogueuses que je suis .
Je crois qu'il faut continuer si on en a l'envie et passer outre ces évènements négatifs et dramatiques sinon on ne vit plus .
Merci pour cette réflexion tout de même .
Bonne soirée
Bises !

Bernieshoot 15/04/2016 19:00

Je ressens la même chose vis à vis d'hellocoton, cet article est une belle initiative

marie kléber 15/04/2016 12:02

C'est très vrai ce que tu dis Corine. Je crois que ces évènements nous ont pas mal bousculés. Peut-être aussi que nous avons ressenti l'envie de revenir à des choses plus "essentielles" - je ne suis pas certaine que le mot soit bien choisi. Mais je crois que nous avons pris conscience de plein de choses en même temps et qu'il est parfois difficile de reprendre la vie comme avant...
Il est vrai que moi aussi je délaisse un peu la blogosphère et que je sens moins d'engouement sur les articles et les miens en particulier. J'aimerais comme toi que cette insouciance revienne, que de jolies bulles prennent vie ici et là.
PS - N'arrêtons pas, n'arrêtez pas les filles!

Nathalie P'tite fée 15/04/2016 11:47

C'est vrai qu'il y a moins d'activites, moins de partage, de votes. Les blogueuses continuent a ecrire mais je me demande sdi elles ne delaissent pas cette plateforme.
Ecrire c'est avant tout pour moi mais quand il n'y a plus ces echanges on se surprend a vouloir arreter.
Alors je fais une pause pourle moment, me laisse le ytemps de la reflexion.
Ne plus ecrire comme tudis c'est donner raison a ceux qui ont voulu detruire notre liberted'expression.