La tentation

Publié le 25 Mai 2016

La tentation

Je suis passée à un cheveu de basculer dans la corruption. Je vous explique ! Il est clair que les démarches administratives pour renouveler un passeport, pour déclarer un événement ou pour se faire délivrer un acte administratif sont toujours barbantes.

A Madagascar, il fut un temps où les services administratifs étaient devenus très efficaces, les procédures moins lourdes et plus rapides. Depuis le coup d'Etat de 2009, les choses se sont à nouveau empirées, jusqu'à devenir une vraie plaie. La corruption ronge l'Administration du plus bas de l'échelle au sommet. Pour se faire délivrer un acte, il fait compter des jours et faire preuve d'une patience d'ange.

Je me suis alors armé du maximum de patience dont j'ai été capable pour entamer les démarches de renouvellement du passeport de ma fille. Je savais que çà allait être terrible. Le premier jour, d'un pas décidé, et de très bonne heure, moi et ma fille étions devant la porte du service passeport, gonflées à bloc, munies des pièces nécessaires.

J'ai été agréablement surprise de voir que des dispositions ont été prises pour filtrer la réception des dossiers et empêcher toute corruption. Je viens donc déposer notre dossier, et première déconvenue, on me dit qu'ils ont besoin de pièces supplémentaires. Je leur ai fait remarquer que j'ai toutes les pièces mentionnées sur le formulaire. On me répond que l'Administration a le pouvoir de demander plus. Je réponds que je suis d'accord s'ils trouvent que le dépôt déposé le justifie, et pour ce faire ils doivent d'abord consulter mon dossier pour apprécier par la suite. On me répond que non, je dois absolument rajouter ces nouvelles pièces-là. Je sors, furieuse, et voilà qu'un agent de police m'accoste en m'indiquant qu'il peut m'aider. Feignant de ne pas comprendre le sous-entendu, je continue mon chemin.

Après avoir rassemblé les pièces nécessaires, je reviens une deuxième fois avec ma fille, qui rate donc une deuxième fois une matinée de classe. Je dépose mon dossier, tout y est. Ouf ! On mesure ma fille. Et on me dit que nous devons revenir le lendemain pour le paiement des frais de dossier et pour la photo. Je réponds que je suis prête à payer et que ma fille étant là, et en plus qu'elle rate l'école pour une seconde fois, il est préférable qu'on prenne sa photo immédiatement, et que je peux revenir le lendemain s'il le faut pour le paiement des frais. On me répond que non, nous devons revenir le lendemain ! Plus que furieuse, je sors, on m'accoste pour me dire qu'on peut m'aider.

Et là, la colère de devoir faire manquer une troisième fois la classe à ma fille, la frustration de tant de va-et-vient incompréhensibles, et la révolte de tels désagréments, allaient me faire basculer dans la corruption. J'ai été tentée d'accepter de soudoyer un fonctionnaire pour pouvoir faire prendre cette satanée photo le jour-même, et de ne plus revenir le lendemain.

Un sursaut d'orgueil allait me sauver la mise, j'ai préféré revenir docilement le lendemain, en faisant rater une troisième fois la classe à ma fille, faire les choses dans les règles et ne pas avoir à se reprocher quoique ce soit par la suite.

Cela dit, bien que je condamne toute forme de corruption, ce jour-là, j'en suis arrivée à comprendre pourquoi les gens le font. En réalité, on semble mettre en place des mesures pour lutter contre la corruption et la prévenir, mais la lenteur et la lourdeur me semblent faites exprès pour que les usagers craquent et versent dans les pots-de-vins et les passe-droits.

C'est malheureux, mais il me semble que Madagascar, un des pays les plus pauvres au monde, soit encore loin loin loin d'éradiquer ce fléau !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

Marie Kléber 25/05/2016 14:30

A bout, de nombreuses personnes doivent céder Corine. Heureusement pour toi, tu as su tenir bon. Mais que de temps de perdu!

Petitgris 25/05/2016 13:51

Ils profitent de la lourdeur du système pour appâter les gens excédés . Je peux comprendre que certains cèdent ! En Inde notre mini bus a été arrêté par un policier en tenue qui a refusé de nous laisser repartir tant qu'on ne lui donnait pas un paquet de cigarettes. Un seul homme était fumeur: il nous a sauvés :D Bisous

An Informal Diary 25/05/2016 09:48

Ça craint quand même... Je n'imaginais pas que cela puisse être si flagrant. En tout cas, je comprend la tentation que tu as pu avoir.