Bone Tomahawk

Publié le 21 Juin 2016

Bone Tomahawk

Je me souviens, petite, ma passion pour les westerns et particulièrement pour les indiens. Je les appelais les peaux-rouges. A l'époque, il ne passait pas une seule semaine sans qu'un film western ne passe.

Je voulais un peu retrouvais cette émotion particulière qui m'animait en achetant le CD de Bone Tomahawk. Sauf que là, les indiens sont les méchants.

1890. C'est l'histoire d'une petite ville paisible du nom de Bright Hope. Le genre de ville où il ne se passe pas grand-chose, sauf des petits vols et de petites bagarres. Le shérif Franklin Hunt (Kurt Russell) y passe de bien beaux jours jusqu'au moment où une horde d'indiens cannibales vienne massacrer un homme et enlever trois autres personnes : Samantha O'Dwyer (Lili Simmons), femme médecin appelée cette nuit-là pour soigner un prisonnier blessé, Nick (Evan Jonigket) l'adjoint du Shérif et le prisonnier qui s'avérait celui qui a attiré les indiens cannibales en profanant leurs tombes des heures auparavant.

Le Shérif, Chicory (Richard Jenkins), Arthur O'Dwyer (Patrick Wilson) le mari de la femme enlevée, et John Brooder (Mathew Fox) qui s'est porté volontaire, vont alors entreprendre une opération de sauvetage. Ces quatre hommes se lancent à la poursuite de ces indiens sont ils ne savent pas grand-chose, et dont il ne connaissent pas le nombre, pour essayer de sauver les otages.

Ce qui m'a le plus marquée dans l'histoire, c'est le sens du devoir et de la responsabilité, la bravoure et le courage qui animent ces quatre hommes. Ce sont des valeurs qui étaient sacrées à l'époque mais qui sont trop souvent bafouées et ignorées de nos jours.

Dans l'équipe en effet, il y a Chicory qui malgré son âge avancé n'a pas hésité une seule seconde pour entreprendre cette opération de sauvetage à haut risque. Il y a aussi Arthur O'Dwyer qui a une fracture à la jambe, mais qui n'a pas hésité à y aller. Tout au long du périple, le respect de la hiérarchie et des valeurs de savoir-vivre ont animé ces quatre hommes malgré la tension qui parfois les met les uns contre les autres.

Ils seront confrontés à une horde de sauvages dans tous les sens du terme, les scènes sont violentes, parfois insoutenables. Mais en filigrane, toujours le sens du devoir qui s'impose comme le fil conducteur de l'histoire.

A voir absolument, mais âmes sensibles s'abstenir.

Bone Tomahawk
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Livres Films TV

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

letizia 21/06/2016 19:39

sympa de retrouver Kurt Russell, je l'adore cet acteur!

Petitgris 21/06/2016 09:23

Si un western réaliste pouvait remettre à l'honneur le sens du devoir qui est de nos jours tombé aux oubliettes ! J'ai aussi la passion des westerns :) Bon mardi Bisous