Les poussettes ...

Publié le 18 Juillet 2016

Les poussettes ...

Les images sont insoutenables, le seul fait de penser à ce qui s'est passé donne froid dans le dos ! Ces familles entières qui essaient de sauver leur peau en s'éparpillant partout. Rien ne vient consoler en entendant les témoignages, alors on laisse couler ses larmes, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus grand-chose.

Imaginer cette scène d'horreur suffit à à se plier de douleur. Penser à ces centaines d'enfants confrontés à bien plus fort qu'eux, ces hommes et ces femmes qui sont venus faire la fête, passer du bon temps.

Exactement comme lors de l'attentat de Charly Hebdo, exactement comme le 13 novembre, on se gave d'images et de témoignages qui ne font encore plus mal, mais dont on ne se lasse de voir ou d'écouter. Histoire peut-être de boire le vin jusqu'à la lie !

Cette fois-ci, c'est pareil à une chose près, et cette chose nous détruit, nous déchire l'âme : les poussettes ! Les poussettes éparpillées ici et là, les petites chaussures, les jouets cassés, les peluches ! Autant de preuves pour dire que cette fois-ci, c'est différent, et c'est encore pire !

Des poussettes qui sont autant de vies brisées ou tout du moins bouleversées, par la faute d'un homme qui un jour a décidé qu'il faut tuer le maximum de personnes, et peu importe si c'est des enfants, pour répandre une telle idée aussi farfelue qu'inutile, et ridicule si elle n'était pas dramatique pour les victimes.

Oui, les images étaient insoutenables, mais les images de poussettes ... les images de poussettes ... je n'ai pas les mots !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie L 18/07/2016 15:20

Et oui, cela veut dire que cette barbarie a passé un cap qui ne fait aucune distinction entre l'enfant et l'adulte. Déjà que s'en prendre à des adultes innocents cela nous révolte mais les enfants, l'avenir, l'innocence. eux qui ne voient le mal nulle part. Comme tu l'écris, il n'y a pas de mots pour montrer cette horreur.

marie kléber 18/07/2016 15:12

En weekend, j'ai peu regardé la télévision. La radio me suffisait. Mais ce midi en rentrant sur Paris, en allumant la télévision pour la minute de silence, le témoignage de ce grand-père, puis les photos des enfants, les peluches (comme tu le dis, éparpillées), les sourires joyeux sur les photos...c'est trop. Les larmes coulent... la folie va encore plus loin que ce que nos pires cauchemars laissaient présager...

Petitgris 18/07/2016 10:14

Cette fois ils ont repoussé les limites de l'horreur jusqu'à l'insoutenable :( Bisous