Le jour d'après

Publié le 10 Novembre 2016

Une partie de l'Amérique et une grande partie du monde se réveillent groggy aujourd'hui. Le séisme d'hier a été vécu par beaucoup comme un cauchemar, on continue à se pincer pour réaliser que ce n'était pas juste un mauvais rêve.

Mais le jour se lève, la vie prend son cours, et le Président des Etats Unis élu est bien Donald Trump ! L'Amérique se rend compte d'un coup d'une réalité qu'elle a longtemps occulté : les américains vont mal et veulent se replier sur eux-mêmes, ils sont plus divisés que jamais, les haines raciales sont aussi vives qu'elles ne l'étaient avant, exacerbées par la crise économique et le contexte mondial sur l'immigration et le terrorisme. 

Le monde, lui, tremble. Car les cartes vont être rebattues, les donnes sont devenues du jour au lendemain différentes. La Russie risque de tirer son épingle du jeu, Bachar El Assad se frotte les mains devant cette éclaircie inattendue, l'Europe ne sait pas à quel saint se vouer, les pays musulmans savent très bien ce que l'Homme le plus puissant du monde pensent d'eux et de leurs concitoyens.

Mais une question me taraude aujourd'hui : le monde va-t-il si mal ou est-on à une croisée des chemins, un moment où nous devons tous revoir nos sociétés, ce qui va mal, ce qui doit changer ? Devrait-on subir ce changement ou aller de l'avant et se remettre en question nous-mêmes ? N'a-t-on pas d'autres alternatives à proposer, des pistes de réflexions à offrir, des discussions à entamer avec nos voisins ?

Je pense qu'il est normal que le monde ait peur, car en cherchant dans sa longue campagne, en fouillant dans ses déclarations aussi farfelues qu'effrayantes, on ne retient que ces choses-là de Donald Trump : il va fermer les frontières, ériger un mur entre les Etats-Unis et le Mexique, se débarrasser des sans papiers et des musulmans, rétablir la torture, empêcher aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis et j'en passe et des meilleurs. 

Mais serait-il encore possible au monde de lire entre les lignes, et d'en tirer des propositions positives ou une bonne volonté qui suggéreraient de s'occuper de ceux qui n'ont pas été entendus longtemps, de voir leur quotidien et les soulager des affres auxquelles ils font face tous les jours (chômage, non prise en charge médicale, impôts, etc). 

Et s'il devenait urgent non pas de barrer la route coûte que coûte aux extrêmes de tous bords, mais d'aller au fond du problème et de voir maintenant réellement de quoi la population, surtout celle invisible jusque là, a besoin, de quoi le pays a besoin. Il est urgent d'arrêter les calculs bassement politiques, les alliances contre nature, les errements idéologiques pour se pencher sur la réalité et apporter des solutions, même terre à terre, pour soulager la population de ses souffrances. 

Sans cette remise en question, et contrairement aux idées reçues qui voudraient que Marine Le Pen ne pourra jamais devenir présidente, la France (et les autres pays) risque de voir un bis repetita de ce 8 novembre. 

Il n'est plus temps de se chamailler et de tergiverser, le plus grand pays du monde nous a prouvé que tout, absolument tout, peut arriver ! 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvie, Enfin moi 14/11/2016 22:17

Je ne me prononce pas, je trouve que les americains avaient un drôle de choix à faire !
L'un comme l'autre me semble dangereux.
Ce monde est fou
Bises

Petitgris 10/11/2016 11:29

Je pense qu'il serait temps que les politiques de tous bords cessent d'agiter des théories farfelues et que l'on en revienne au bon sens et aux vraies priorités ! Bisous

Maman Voyage 10/11/2016 11:23

Je suis bien d'accord : tout est possible ! Et il faut donc prendre les prochaines élections très au sérieux. A suivre !