Etudes sup : essentielles ou pas ?

Publié le 19 Janvier 2017

Beaucoup peuvent être tentés de dire que finalement obtenir un ou des diplômes universitaires ne mène pas forcément à grand-chose, que finalement, ils ne servent qu'à étoffer un CV qui n'est même pas une garantie d'un emploi bien payé et stable. 

Beaucoup d'exemples nous montrent en plus que sortir des sentiers battus, trouver le bon filon, suffit à gagner sa vie, et bien, qu'on ait ou non un diplôme en poche.

J'ai eu l'occasion d'en parler avec un ancien copain de classe dernièrement. Je me souviens qu'il n'aimait pas l"école, et y va parce que les parents l'y envoient. Petit déjà, il n'aimait pas faire comme les autres, et ne se voyait pas faire des études supérieures. Une fois le bac en poche, on se cassait la tête sur la meilleure étude à faire, sur le meilleur chemin à entreprendre, lui se contentait d'un BTS. 

Par la suite, il refusait d'entrer dans le moule, et de décrocher un emploi salarié, préférant travailler à son compte - c'est tout à son honneur - sauf que beaucoup plus tard, il a été rattrapé par ses propres limites, car le secteur où il évolue est hyper saturé et très sélectif, et demande justement un diplôme d'études supérieures. De plus, avec l'âge et l'envie enfin de se stabiliser dans un emploi salarié, il se trouve maintenant trop vieux pour déposer pour la première fois des candidatures dans des sociétés. 

Son expérience m'a montré que passer par la case "école" et "études" est vraiment essentiel dans la vie. Peut-être les diplômes ne servent pas dans un contexte particulier, notamment dans un contexte de crise comme il en existe aujourd'hui partout, mais ils restent un bagage et un atout pour avoir mieux, pour demander plus. Je pense qu'il ne faut pas oublier que l'élément "chance" joue aussi beaucoup dans les success stories qu'on voit par milliers, des self made men qui ont gravi chaque échelon à la force de leurs bras et de leur volonté, et qui ont rencontré le succès sans diplôme en poche. 

Et vous, pensez-vous aussi que passer par la case "études" et décrocher ses diplômes est essentiel ? 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0
Commenter cet article

C. 28/01/2017 02:50

J'ai fait 14 ans d'études supérieures. Oui, je sais. 14. Bref. Aujourd'hui je cumule les jobs, dans ma branche d'études comme dans d'autres branches. Je mélange joyeusement les styles, les domaines, les responsabilités, les hiérarchies ; j'ai travaillé dans quatre pays. Si j'en crois mon expérience (que je ne prétends pas étendre à l'ensemble des gens), faire des études supérieures n'a jamais été ni facilitant, ni handicapant. Cela a ouvert des portes et en a probablement fermé d'autres, mais ce serait aussi le cas si je n'en avais pas fait. Finalement, mon parcours hétéroclite est plus le résultat d'un choix, d'une curiosité qui me pousse à découvrir beaucoup de nouveaux emplois que quelque chose de subi... Je crois qu'il faut garder à l'esprit que rien n'est jamais figé, et surtout pas en fonction d'un parcours. Il n'existe pas de fatalité, juste des choix que l'on fait les uns après les autres et qui finissent par former notre parcours dans tout ce qu'il a d'unique !

tania 26/01/2017 21:22

en France on a un gros problème avec les études
dans le sens où tout est cloisonné
si tu as fait telle étude tu ne px travailler que dans tel domaine
les recruteurs sont trop fermés4je me souviens d un prof d anglais qui était anglais nous diant qu en Angleterre des gens ayant fait des études de lettres peuvent travailler dans la finance en France impensable
les diplômes tjrs les diplômes
difficiles de pouvoir évoluer sans
ce qui m énerve c est le cloisonnement, les étiquettes

EmPomm'Pi 20/01/2017 19:20

Je crois que je n'ai pas de réponse à cette question.

Ma vie a fait qu'une fois mon bac en poche, je suis juste partie. Loin.
L'idée d'une carrière n'a jamais été un moteur. Mon parcours, ma vie, ont fait que je n'ai jamais pu (voulu ?) poursuivre d'études. Je n'en ai jamais été frustrée. Je suis allée de jobs alimentaires en jobs alimentaires. J'y suis d'ailleurs toujours.
Sur un coup de tête, je me suis inscrite à la fac l'année dernière (toujours en parallèle de mon petit boulot.) Mais essentiellement pour ne pas végéter; mon cervelet a besoin d'être un peu stimulé.

Je ne dis pas que mon parcours est un modèle.

Simplement, avoir mille & un diplôme n'est pas mon "essentiel" à moi.

Je comprends néanmoins tout à fait le point de vue que tu défends & d'une certaine façon, tu raison.

La fille de brigand 19/01/2017 13:12

C'est une grande question à laquelle, selon moi, il n'y a pas de réponse exacte. Nous avons toutes et tous un bagage personnel, une façon de voir la vie, notre vie, de comprendre les choses, de réagir, de penser, d'être unique. Je pense que le plus important est de trouver le cursus d'études / d'apprentissage (je préfère ce mot là) qui nous convient. Je préfère parler d'apprentissage, car entre un Bac +5 ayant obtenu son diplôme à force de nuit blanches et de par coeur aussi vite oubliés une fois l'examen passé et un apprenti ayant pratiqué, essayé, appris, intégré des savoirs techniques ET universitaires (ex : DUT / Bachelor / Master en alternance) il y a une différence de qualité en terme de ressource d'équipe en entreprise. Je n'ai jamais trouvé ma place dans les voies classiques universitaires en France comme en Allemagne. J'ai finalement simplement fait un DUT suivi d'un Bachelor (en alternance pour le dernier). La culture française des grandes écoles me rend souvent un peu honteuse de mes diplômes, surtout lorsque je suis entourés d'étudiants d'écoles d'ingé, de grandes prépa etc. Mais, le fait est qu'en entreprise, j'étais plus performante et efficace qu'un de mes collègues, chargé de 5 ans d'études spécifiques au domaine. Peut-être que je suis de nature intuitive et que ça aide, peut-être aussi que j'ai appris et intégré et non pas simplement étudié et contemplé au cours de mon cursus... Peut-être que ça dépend simplement de chacun d'entre nous, de ce que nous arrivons à tirer des enseignements proposés, de ce que nous arrivons à restituer, à intégrer. Je pense que les mentalités aujourd'hui doivent évoluer, qu'une expérience de stage, d'alternance, que les expériences personnelles (sportives, associatives, caritatives, etc.) devraient peser plus de poids que la simple étiquette du BAC + . Etudier, apprendre est important, mais cela doit venir de nous, de notre curiosité, de notre volonté. L'important, pour réussir un travail de qualité, n'est-ce pas notre capacité à intégrer, à être proactifs dans le travail demandé...? Merci pour cet article qui demande réflexion, c'est très intéressant comme thème. ;-)

Sara 19/01/2017 12:43

Hello,

J'ai toujours pensé que faire des études longues (en moyenne 5 ans) est honorable et sécurisant. Malgré tout ce qu'on peut dire sur le fait d'être libre de choisir sa voie (études courtes ou non), je trouve qu'il est important d'avoir un bagage assez solide quand même en fonction des domaines que l'on veut toucher et dans lesquels on veut évoluer.
La différence selon moi après, c'est dans notre manière de nous présenter face aux recruteurs. Certes, il y a un contexte économique et une situation "de crise" mais avec de la persévérance, un peu d'audace et de confiance en soi un minimum, toutes les opportunités sont à portée de main.
Les diplômes ne nous définissent certainement pas, c'est sûr mais c'est ce qui va nous crédibiliser lorsqu'on devra justifier nos expériences et notre savoir.

Sara