Le coeur et la raison

Publié le 31 Janvier 2017

Il est bien connu, le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Ces derniers temps, une grande amie à moi traverse des tempêtes sentimentales. Elle est mariée, elle a deux enfants. Un collègue à elle lui fait des avances, et bien que certaine qu'il ne se passera jamais rien entre eux, je la vois petit à petit tomber amoureuse de son collègue.

Bien sûr, je la taquine sans arrêt sur le sujet. Je n'arrêterai pas de faire des petites vannes. Mais dans nos moments sérieux pendant lesquels elle m'avoue que cette avance la touche, je n'arrête pas de la mettre en garde pour qu'elle ne laisse pas des plumes dans l'histoire.

Les jours sont passés, nous sommes tout le temps ensemble, nous trois. J'ai l'impression horrible de leur servir de chaperon, un rôle que je n'aime pas car je les sais tous les deux mariés, et les vois tomber petit à petit dans une histoire impossible.

Pendant les fêtes de nouvel an, j'ai le sentiment que chacun de notre côté, nous nous sommes dit que nous devions absolument revenir à la raison, eux d'abord, puis moi je dois sortir de cette sorte de connivence malsaine. 

Le collègue a coupé court à ses avances. J'en suis heureuse pour çà, mais en même temps, je vois mon amie sombrer. Elle n'a plus de joie dans son regard. Elle a le moral à zéro. Pas besoin d'être psychologue pour comprendre d'où çà vient. Puis, elle commence à s'en prendre à tout le monde. Elle s'en prend à son mari - le pauvre - à propos de tout et de rien, elle s'en prend à moi, elle s'en prend à absolument tout le monde. Je vois qu'elle souffre, mais elle refuse de prendre la perche que je lui tends. Elle n'est plus que dépit et frustrations, et moi je suis les bras ballants devant tout çà.

C'est là que je me rends compte que le coeur peut nous mener dans la détresse la plus totale. La raison est là pour nous sauver la mise, mais tout ceci au détriment de ce pauvre coeur si vulnérable et si facile à malmener.

A choisir, je choisirais la raison, car elle me permet d'être lucide et maîtresse de moi-même. Le coeur, lui, me rend dépendante, et j'ai peur de la dépendance.

Et vous, coeur ou raison ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Petitgris 31/01/2017 18:39

J'ai toujours réussi ,à faire passer la raison avant le coeur et n'ai jamais cédé..si bien que parfois je me demande ce qu'aurait été ma vie si j'avais permis au coeur de me diriger ? Ta collègue doit être bien malheureuse ! Bisous

Marie Kléber 31/01/2017 13:54

Le coeur mais sans dépendance...
Parfois on se retrouve pris dans un tourbillon, sans savoir où ni quand tout a commencé. Et sans savoir comment arrêter / s'arrêter. Question épineuse. Et malheureusement douloureuse pour ton amie.

line 31/01/2017 09:57

Est ce le coeur qui s'est exprimé ou autre chose ? Lorsqu'on est marié, qu'on a deux enfants, une routine peut s'installer. Ce jeu de séduction peut traduire un malaise dans le couple et le désir ressenti pour un autre homme en serait le symptôme (mais pas la cause).Il est agréable de se sentir désirée par d'autres hommes, c'est rassurant. Qu'est ce qu'il se passe donc dans ce couple pour avoir envie d'un collègue ?
Le réel coup de coeur est ma seconde hypothèse !

Personnellement, je crois que j'étais plus "coeur" mais qu'en grandissant je deviens plus "raison" :)
http://la-parenthese-psy.com/