Zen, je suis zen

Publié le 17 Janvier 2017

Nous sommes nées avec un instinct maternel différent. Certaines d'autres nous sont nées pour être mères et rien que çà, elles feront donc passer le reste après leur rôle de mères, d'autres arriveront à jongler cahin caha entre une vie professionnelle riche et une famille à gérer, puis il y a celles qui sont dotées de si peu d'instinct maternel et qui essaient toute leur vie de faire de leu mieux, en étant constamment sous les feux des critiques. 

Une chose est sûre, aucune d'entre nous n'est née avec toutes les compétences requises pour aimer, élever, gérer un enfant. Nous sommes je suppose toutes passées par toutes les étapes possibles, nous avons fait toutes les erreurs possibles et imaginables, nous avons été critiquées, admirées, vilipendées, copiées, décriées ... 

Mais finalement, après des années d'apprentissage de ce métier aussi bien merveilleux que prenant, nous arrivons toutes à nos propres conclusions, à rectifier certains tirs, à enrichir encore plus notre vie de famille, à nous réconcilier avec nous-mêmes, à avoir une idée précise de ce que nous voulons pour nos enfants.

S'il y aune chose que j'ai appris à apprivoiser, c'est bien ma propension à m'énerver contre les enfants. Je regretterai jusqu'à la fin de mes jours les cris, certains gestes et certaines paroles faits sous le coup de la fatigue ou de la colère. Je me rends compte qu'ils étaient non seulement inutiles, mais surtout blessants pour mes enfants. 

J'ai du apprendre petit à petit à apprivoiser la fatigue, l'énervement, la frustration, la colère, j'ai appris à souffler, j'ai appris à me contenir, à me maîtriser, et aujourd'hui, moi-même je suis fière de tout ce chemin parcouru. Je suis fière de voir que face à des situations explosives, j'arrive à me maîtriser, à me retenir et à sortir des paroles apaisantes et douces, des paroles et des gestes positifs et qui réparent. 

Je suis d'autant plus fière quand je vois le résultat et l'effet sur mes enfants, sur ma vie de famille. Cela fait des mois et des mois maintenant que les cris n'ont plus droit de cité chez nous. On peut sentir la tension descendre d'un cran, et aucune situation, aussi négative soit-elle n'arrive à nous faire sortir de nos gonds. Cela a un effet immédiat sur la qualité de notre vie familiale, sur la qualité du sommeil, sur notre vie professionnelle et sur la vie scolaire des enfants. 

C'est bien pour cette raison que j'ai choisi la bienveillance comme moteur de notre vie et des relations sociales que nous tissons, car c'est en suivant ce fil de la bienveillance que j'ai vu le bienfait de rester à des relations apaisantes et sans tension. 

Je recommande vivement ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sylvie, Enfin moi 18/01/2017 21:47

Bravo ma belle, quel beau billet, tu dis tout haut ce que beaucoup de gens dissimulent
Pas facile de garder son calme, bravo
Je canalise ma colère depuis des années et ça fait un bien fou
Bisous

marie kléber 17/01/2017 11:54

merci pour ces mots qui me donnent de l'espoir et l'envie d'avancer dans la même direction! J'appends doucement à canaliser ma colère, à lâcher prise, laisser couler, à gérer les crises en toute bienveillance et avec amour. C'est encore un peu compliqué mais je constate que quand j'arrive à me contenir, à me reposer, à prendre soin de moi, c'est super et la vie est d'autant plus douce et légère! Oui les cris n'arrangent rien et terrorisent aussi - nous font culpabiliser. Le tout est d'en prendre conscience et de rectifier le tir Corinne.

Petitgris 17/01/2017 11:45

Tu as choisi la bonne route pour cheminer harmonieusement en famille :) J'ai fait comme toi , j'ai eu des cris quand j'étais surbookée et petit à petit les choses se sont mis en place en douceur et avec le recul , je suis contente des résultats ! Bisous