Les classes à 12 élèves

Publié le 5 Septembre 2017

Je parle souvent ici de la dysphasie dont souffre mon fils, et de notre parcours du combattant pour lui faire une place dans un système scolaire qui a encore énormément besoin de s'ouvrir à tous les élèves sans distinction, aussi bien en termes de pédagogie, de l'accueil que des infrastructures. 

Nous nous sentions chanceux d'avoir trouvé une école maternelle qui pouvait accueillir notre fils, il ne s'agissait pas d'une école spécialisée, mais une école d'inspiration Montessori, qui accueille tous les enfants, avec ou sans handicap, et qui adapte le programme au rythme de chaque élève. Nous étions d'autant plus chanceux car au moment où nous l'avons découverte, l'école ouvrait sa première classe de primaire, et chaque année ouvrira une classe jusqu'au CM2. Pile poil ce dont nous avions besoin.

C'est une école à taille humaine dont les classes n'accueillent pas plus de 12 élèves. C'est un choix fait depuis le départ, et on peut dire que çà paie. Pour mon fils, depuis 3 ans maintenant qu'il fréquente l'école, il y a fait un grand bond chaque année dans son évolution alors que d'autres écoles avaient tendance à l'isoler et à l'accabler.

Je suis donc très bien placée pour parler des classes à 12 élèves qui représentent une vraie chance pour les élèves car l'enseignant (pour notre école, non seulement les classes sont à 12 élèves maximum, mais chaque classe comprend 2 enseignants) a plus de temps pour se pencher sur chaque élève et surtout sur ceux qui ont un peu plus de difficultés. Les enfants sont plus proches les uns des autres, les conflits sont moins nombreux et très vite et bien encadrés, l'effet de groupe pour se tirer vers le haut y est encore très présent contrairement à ce que j'ai pu entendre sur le sujet. 

Le débat sur les classes de 12 élèves se situe plutôt je pense sur les problèmes d'effectif d'enseignants et de budget que sur la pédagogie en elle-même. 

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société, #Humeurs, #Les Kids

Repost 0
Commenter cet article

Melgane 06/09/2017 08:03

Il est clair qu'à douze on peut se pencher sur chaque élève et, comme disait une prof dans la matinale de franceinfo hier, leur faire faire des exercices un peu plus spécialisés et personnalisés en fonction de leurs difficultés. Après, question budget, que veut-on ? Veut-on investir dans l'avenir, faire des élèves meilleurs, on faire des économies et devoir pallier plus tard au chômage et à la concurrence des pays étrangers qui eux développeront des choses, des entreprises, alors que nos jeunes puis jeunes adultes ne parviendront, en comparaison, à pas grand-chose ? La question c'est où sommes-nous prêts à faire des économies pour investir dans l'éducation ? Et puis, la pénurie de profs ne va, je l'espère, pas durer : il y a des jeunes qui veulent travailler dans les écoles primaires.