Publié le 29 Février 2016

Rêves

Petite, je rêvais d'une grande maison, d'un grand jardin où mes enfants - un garçon et une fille - s'amusent en remplissant l'atmosphère de leur bonne humeur et de leurs rires.

Aujourd'hui, j'ai une maison et un jardin et mes enfants - un garçon et une fille - s'y amusent comme des fous en remplissant l'air de leurs rires si bienfaisants et leur bonne humeur si contagieuse.

Adolescente, je rêvais d'être une executive woman, qui mène d'une main de fer une entreprise, tout en brillant en société, à l'aise comme un poisson dans l'eau dans les mondanités et les réunions.

Aujourd'hui, je suis à la recherche d'un métier qui me correspond mieux, car je me suis rendu compte avec les années que je ne pourrais pas être cette executive woman que je rêvais de devenir, que mon tempérament convient mieux à un métier qui ne m'expose pas, un métier discret, gratifiant, proche de ce que je suis. Je me suis surtout rendu compte que je suis comme un éléphant dans un magasin de porcelaine dans les mondanités et les réunions, et dans mes relations sociales en général.

Petite et adolescente, je rêvais de voyages, de nouveaux pays à découvrir.

Aujourd'hui, même si j'aurais aimé et aimerais en visiter beaucoup plus, j'ai quand même eu la chance de découvrir des pays, de m'imprégner de nouvelles cultures et de m'émerveiller.

Notre vie et notre esprit sont nourris de rêves. Certains se réalisent, d'autre non. Certains sont exaucés et d'autres nous rectifient. Mais il est important de continuer à rêver. Car les rêves nous font faire des efforts et nous poussent à espérer.

Belle semaine à tous et rêvez sans modération ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 26 Février 2016

Homme femme, mode d'emploi #1

Je voulais inaugurer cette rubrique Homme femme, mode d'emploi au vu de nombreux sujets et situations source de conflits, alors qu'à bien y voir, il aurait suffi que l'homme et la femme s'écoutent, s'entendent et se comprennent. Le but de la rubrique est aussi d'en rire ... pour ne pas en pleurer ;-)

Messieurs,

Quand elle vous semble préoccupée, et qu'elle dit quand même "je vais bien", ne la croyez pas. Cherchez plutôt les moyens de la rassurer ou de l'écouter. Que de guerres et de conflits auraient pu être évités si vous n'avez pas tourné le dos pensant un peu trop facilement et trop rapidement que "je vais bien" signifie vraiment qu'elle va bien.

Pensez à ne laisser aucune goutte sur les rebords des toilettes, croyez-moi, c'est facile, gratos et çà évite les bagarres.

Arrêtez de lui reprocher de se ruiner en chaussures, vous n'arriverez pas à l'arrêter !

Évitez de l'insulter, les insultes çà reste longtemps !

Dites-lui souvent qu'elle est belle, que telle robe lui va bien, complimentez-la, soyez attentifs.

Mesdames,

Ne le retenez pas s'il veut aller à une soirée foot chez les copains, laissez-le partir, vous aurez une soirée rien qu'à vous, la télé rien qu'à vous, vous vous aurez épargné un salon ravagé par les mégots, la fumée de cigarettes, vous vous aurez évité de vous rompre les tympans. En plus, le lendemain, il culpabilise immanquablement et devient docile et dit oui à tout ce que vous lui demandez ! Voyez tous les avantages pour avoir accepté qu'il parte pour une sombre soirée foot ? ;-)

Caressez belle-maman dans le sens du poil devant lui, vous êtes trop intelligente pour trouver les moyens subtils de vous venger l'air de rien, de préférence quand il ne sera pas là. Real politik !

S'il vous a fait mal, le meilleur moyen de le lui faire comprendre et de lui rendre la pareille dans une situation identique. C'est imparable, et çà vaut mille explications.

Plus encore qu'une femme, un homme a besoin d'être valorisé sans cesse. Essayez et vous verrez que çà paie !

A suivre ...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 25 Février 2016

Ecran noir

Entre moi et la télé, c'est une vraie histoire d'amour. Un de mes moments préférés est le soir, quand les enfants sont au lit, et que je me retrouve toute seule avec la télé rien qu'à moi. J'aime aussi de temps en temps rester une journée entière chez moi, à ne rien faire, à me blottir sous la couette et regarder mes émissions préférées.

En ce qui concerne les enfants par contre, je suis intransigeante : pas de télé, pas de DVD tous les jours. Je leur réserve le mercredi après-midi et quelques heures pendant le week-end pour voir leurs dessins animés ou des films à la télé et c'est tout.

Ils ont beau protester, j'ai réussi à imposer cette discipline, d'autant que les résultats sont flagrants. Depuis qu'ils n'ont plus l'habitude de rester des heures devant l'écran, ils jouent de plus en plus dehors, à s'inventer de nombreux jeux, à sortir beaucoup plus fréquemment vélos et trottinettes. Mais surtout, j'ai remarqué qu'ils sont devenir encore plus créatifs qu'avant. Normal, puisque si la télé annihile toute imagination et toute créativité, le fait de se retrouver sans écran, à parfois s'ennuyer les pousse à s'inventer jeux et jouets, et favorise énormément leur créativité.

Je suis souvent surprise de découvrir chaque soir de nouveaux jeux et jouets qu'ils ont eux-mêmes inventés, ou de voir les dessins de plus en plus jolis et précis qu'ils ont fait durant la journée. Je suis tout aussi contente qu'ils sont épuisés par leurs jeux en plein air et de voir leur visage hâlé par le soleil et le vent. Je me dis alors avec joie que décidément c'était une bonne décision que de leur interdire le trop d'écran.

Par contre, je ne râle plus quand je trouve la maison sens dessus dessous car je ne peux pas tout avoir. Le choix était vite fait entre une maison impeccable et des enfants amorphes devant l'écran ou une maison en champs de bataille mais des enfants inventifs, imaginatifs et épanouis.

Et chez vous, comment gérez-vous l'écran par rapport aux enfants ?

Les images sont tirées de mon tableau Pinterest { for kids }

Ecran noir
Ecran noir
Ecran noir
Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 23 Février 2016

Deux ou trois choses que je sais de moi

J'aime les pièces inondées de lumière, c'est mon premier critère dans la recherche d'une maison ou d'un appartement, mais aussi mon premier critère dans le choix d'un logement de vacances.

J'aime le chocolat chaud. Je peux en boire des litres et des litres en hiver comme en été.

J'aime lire. Je ne peux pas vivre sans livres.

Je n'aime pas la mauvaise foi, je n'aime pas l'hypocrisie, je n'aime pas les faux-culs. Je suis quelqu'un d'entier et de sincère et je supporte mal les gens qui font semblant.

Je sonne systématiquement aux portiques des aéroports. Je n'ai jamais compris pourquoi.

J'aime les glaces. J'en mange aussi des tonnes en hiver comme en été.

Je n'ai que très peu d'amis mais ils me suffisent car notre amitié en vaut mille.

J'aime voyager, découvrir des pays, voir comment les autres vivent.

J'aime regarder "chez les gens". Ne vous inquiétez pas, je m'explique. Dans le métro, dans le bus ou dans une voiture, j'aime avoir le nez en l'air, entre-apercevoir l'intérieur des maisons ou des appartements, et deviner d'après ce que je vois quel genre de personnes habitent là. Je ne sais pas pourquoi, mais j'aime çà !

Une des choses que je regarde en premier chez les autres, c'est leurs pieds, leurs orteils. J'ai toujours l'impression que leurs pieds correspondent parfaitement à la forme et aux détails de leur visage. En tout cas, moi je trouve un lien, une ressemblance, un point commun.

J'aime les enfants. Je les adore. Les miens comme ceux des autres. Je pense que ma reconversion professionnelle devrait avoir un lien avec les métiers de la petite enfance.

Je suis nulle en cuisine, même si tous les samedis et dimanches, j'essaie de concocter de petits plats pas trop compliqués pour faire plaisir à ma petite famille.

Dis-moi deux ou trois choses qui te concernent et que tu veuilles bien me partager ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 22 Février 2016

Home again

Je rentre d'un déplacement professionnel qui m'a littéralement épuisée ! La semaine dernière, j'étais à Lisbonne pour quelques jours, mais n'ai pas eu le temps de vraiment visiter la ville, ni d'apprécier les choses. Tout a été speedé, et les petites escapades dans cette ville que je ne connais pas ne m'ont pas permis d'avoir assez "d'ingrédients" pour en faire un article.

Ma première impression sur la route de l'aéroport à l'hôtel était que la ville est sinistrée, dégarnie de ses habitants, qu'il n'y a pas assez de vie, pas assez d'activités. Il faut dire que nous étions logés dans un hôtel un peu en retrait de la partie touristique. Cette impression s'atténuait au fur et à mesure de la découverte de la ville, de ses charmantes ruelles, entourées de maisons colorées et de vieux tramways qui égayent un peu l'atmosphère. Je n'ai retenu aucun nom de rue, de place ou d'endroit car nous avons visité la ville en une heure, montre en main. Une rivière longe le sud de la ville et donne un air de bord de mer. Le pont Vasco de Gama, qui rappelle énormément le Golden Bridge de San Francisco, enjambe la rivière. Sur le Docas, le petit quai en dessous du pont, quelques restaurants proposant essentiellement du poisson et des crustacés sont joliment installés. J'ai aussi eu le temps de faire un peu de shopping dans un centre commercial à l'architecture très particulière car le centre représente une sorte de dôme et les boutiques et magasins sont alignés de manière circulaire. Les portugais jurent que c'est l'un des plus grands centres commerciaux d'Europe. On a envie de leur donner raison car à vu d’œil, on ne pourrait faire le tour du centre qu'en 2 ou 3 jours.

Lisbonne est à voir une fois dans sa vie, mais en ce qui me concerne, elle ne m'a pas donné singulièrement envie de la découvrir en profondeur.

Voilà, je suis donc de retour depuis quelques jours, mais j'ai passé les derniers jours chez moi, en pyjama, et la plupart du temps sous la couette, car j'avais un réel besoin de récupérer et de me remettre sur les pieds.

Je suis contente de retrouver vos blogs et de vous lire à nouveau !

Je vous souhaite une belle semaine ! Bises à tous !

Tramway et maison colorées

Tramway et maison colorées

Le pont Vasco de Gama

Le pont Vasco de Gama

Le Docas

Le Docas

Home again
Home again
Le Colombo

Le Colombo

L'intérieur du Colombo

L'intérieur du Colombo

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Voyages voyages

Repost 0

Publié le 11 Février 2016

La maman de Gisèle aime lui coudre des robes de princesse
La maman de Gisèle aime lui coudre des robes de princesse

Nous connaissons tous les circonstances qui ont conduit Caroline Boudet, maman de Louise, petite fille née avec un chromosome en plus, souffrant de trisomie 21, à écrire un texte déplorant les réactions négatives des gens en voyant sa petite fille. Elle emmenait sa petite fille chez le médecin quand quelqu'un du corps médical lui disait "... c'est votre petite fille malgré tout ..." ou le sempiternel "... çà n'a pas été détecté lors de la grossesse ? ..." etc. Des mots tendant à exclure et mettre les enfants différents dans des cases dans lesquelles ils ne devraient plus être réduits.

Depuis le succès de ce texte et de nombreux témoignages de parents, l'acceptation et la "banalisation" de la "différence" en général mobilisent de nombreuses personnes à travers le monde. Et c'est tant mieux. Tant mieux, car ces enfants ne sont pas leur handicap. Ils ne peuvent être réduits au handicap dont ils souffrent. Ce sont des petits enfants comme tant d'autres qui souffrent de trisomie, de dyslexie, de dysphasie, de paralysie, d'autisme comme d'autres enfants souffrent d'une maladie "plus acceptée".

C'est un vrai bonheur de voir les parents mobilisés pour faire accepter la différence aux autres. Quel bonheur de voir des petits souffrant de trisomie dans une publicité, jouant dans des films, défiler sur un podium lors du fashion week de New York. C'est encourageant et c'est à encourager car plus on voit des personnes "différentes" dans des situations réservées auparavant aux personnes entrant dans le moule, plus nos regards s'habituent et notre tête accepte que finalement, ce sont des personnes normales, des personnes qui ont leur propre histoire, leur trajectoire, leur avenir. Ces enfants ne sont pas nés par hasard encore moins par erreur, ils sont porteurs d'espoir et de bonheur comme tous les enfants. Ils traversent autant d'épreuves que les autres enfants, ils ont leur place dans la société au même titre que nous tous.

Mon fils souffre de dysphasie, et je sais les regards en coin, les regards moqueurs ou méprisants. J'ai trop entendu les commentaires déplacés, les commentaires qui se veulent rassurants et gentils mais qui tombent complètement à côté. Aussi, je suis sensible à ce que nos regards sur ces enfants changent, que nous les acceptions tels qu'ils sont, et surtout que nous leur donnions entièrement leur place dans notre société.

A Louise, Gisèle et à tous les autres, un grand BRAVO !

Gisèle

Gisèle

Louise

Louise

Madeline

Madeline

Louise, Gisèle et les autres
Samy et sa maman, Eglantine Eméyé

Samy et sa maman, Eglantine Eméyé

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 10 Février 2016

Des sandales LAURA CLEMENT
Des sandales LAURA CLEMENT

Je ne remercierai jamais assez ceux qui ont vu que j'ai gagné à un concours chez Caroline (Pensées by Caro) alors que je ne m'en suis même pas aperçu, et qui m'ont écrit des emails, envoyé des messages pour me signaler. En catimini, alors qu'elle s'apprêtait à retirer mon cadeau au sort, je lui ai envoyé mes coordonnées. Je suais en pensant que j'allais passer à côté de 150 euros de bon d'achat sur La Redoute.

Mais donc, tout est bien qui finit bien, le colis est arrivé et je voulais vous montrer ce que j'ai pu m'offrir avec mes 150 euros de cadeau (vous aurez compris, cette fois-ci je n'ai pensé qu'à MOI, RIEN QU'A MOI :p)

Une robe sans manches LA REDOUTE

Une robe sans manches LA REDOUTE

Un tee-shirt dentelle imprimée ANNE WEYBURN

Un tee-shirt dentelle imprimée ANNE WEYBURN

Une blouse imprimée manches longues LAURA CLEMENT

Une blouse imprimée manches longues LAURA CLEMENT

Une marnière manches 3/4 SOFT GREY

Une marnière manches 3/4 SOFT GREY

Des ballerines nude (j'adoooooooore)

Des ballerines nude (j'adoooooooore)

Une ceinture en cuir LAURA CLEMENT

Une ceinture en cuir LAURA CLEMENT

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Autour de la mode

Repost 0

Publié le 9 Février 2016

La cohabitation : un tue-l'amour ?

En ce qui me concerne, ce n'est plus une question que je me pose, c'est une affirmation : je trouve que la cohabitation tue l'amour ! Je sais que beaucoup de couples qui vivent dans le doute, qui traversent une période creuse, ou qui se déchirent se sont au moins une fois posé cette question ? Est-ce vraiment les sentiments qui ont fait la malle, ou est-ce que le quotidien a eu raison de l'amour ?

Nous sommes mariés depuis dix ans, et depuis dix ans, nous avons expérimenté toutes les situations, traversé pas mal de tempêtes, avons eu tout plein de moments de joie et de bonheur aussi. Pendant dix ans, nous avions nos hauts et nos bas, et parfois touchions le fond. Mais quand je prends le temps d'analyser ces tsunamis dans nos vies, et le fait que, envers et contre tout, nous sommes encore là aujourd'hui, c'est qu'au fond, l'amour n'a pas foutu le camp, il est toujours là, trop souvent caché par les vicissitudes du quotidien et des tensions incessantes, mais il est bel et bien là, et qu'il est urgent qu'on fasse quelque chose pour le réanimer, pour qu'il ne meure pas à cause de nos disputes.

Mon analyse est implacable, je ne suis pas faite pour la vie à deux. Je ne dis pas pour le mariage, mais pour la cohabitation. Je n'ai ni la patience, ni la tolérance nécessaires pour affronter un quotidien à deux sur un très long terme. Je suis sûre qu'il existe de par le monde des milliers de couples qui ont expérimenté et qui vivent encore leur amour et leur vie de famille à distance. J'envie ces gens là ! J'envie leur liberté et l'oxygène qu'ils insufflent à leur couple. J'envie le fait qu'ils gardent l'essentiel en tête et agissent suivant leur propre intérêt, faisant ainsi fi du regard des autres et du jugement hâtif d'une société trop souvent intolérante.

Aujourd'hui, je peux dire d'une manière claire que ce n'est pas mon couple qui va mal, c'est notre environnement et notre façon de vivre que nous devrions changer. Je suis certaine qu'avec la distance, chacun pourra souffler, cultiver son jardin secret et raviver les sentiments que l'un nourrit encore envers l'autre.

Et vous, trouvez-vous que la cohabitation peut parfois gâcher tout ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 8 Février 2016

C'est mes ognons !

Aujourd'hui, je suis incompréhension et tristesse !

J'ai eu l'occasion de parler du langage écrit devenu de plus en plus pauvre sur les réseaux sociaux. Quand les jeunes ne prennent plus la peine d'écrire correctement, et se contentent de se faire comprendre par n'importe quel moyen. Je déplore cet état de fait qui rabaisse encore plus la maîtrise d'une langue aussi vivante et aussi belle que le français.

Avec cette réforme qui pointe son nez, c'est encore plus désolant car c'est l'Etat lui-même qui va autoriser cette approximation du langage, et permettre qu'on touche à 2.400 mots pour les rendre plus faciles à écrire. Mais quelle en est la cause, pourquoi justement les rendre plus faciles à écrire, brader une langue est-elle vraiment nécessaire ?

Pour ma part, je ne suis pas prête à accepter que mes enfants, au nom de je-ne-sais-quel-motif, écrivent : NENUFAR, OGNON, tout comme je les corrigerai toujours s'ils oublieront les accents circonflexes, aigus ou graves, tout comme je les inciterai à écrire correctement et ne pas verser dans la facilité banalisée par les réseaux sociaux.

Et je ne trouverai pas déplacées mes interventions, car j'ai horreur de tout ce qui est nivellement vers le bas. A 40 ans, je fais encore tout plein de fautes d'orthographe, mais je fais attention, j'apprends et réapprends et ne me sentirai pas forcément bien si on me dit que finalement je peux écrire certains mots le plus simplement possible en supprimant les difficultés.

J'espère que les amoureux des mots feront quelque chose pour les défendre contre toute amputation qui les rendra peut-être plus faciles, mais laids.

Qu'est-ce que vous en pensez ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 5 Février 2016

Avant / Après #2 - Cuisine

Pour voir de superbes séries de avant/après, j'ai rarement trouvé mieux que Amber Interior Design ! J'ai déjà publié ici un super avant/après que j'ai déniché sur le blog !

Je récidive avec cet avant/après d'une cuisine fonctionnelle, belle et lumineuse !

Avant, la cuisine n'était pas bien mise en avant, mal éclairé, presque sinistre

Avant, la cuisine n'était pas bien mise en avant, mal éclairé, presque sinistre

Les matières n'étaient pas bien choisies

Les matières n'étaient pas bien choisies

Le blanc est venu éclairer l'espace

Le blanc est venu éclairer l'espace

Les matières ont été mieux choisies pour mettre en valeur la cuisine

Les matières ont été mieux choisies pour mettre en valeur la cuisine

Une touche de bois

Une touche de bois

AVANT

AVANT

APRES

APRES

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #ID Déco

Repost 0