Publié le 30 Mars 2016

Ce monde qu'on vous laisse

A mes enfants,

Je sais le monde peut vous paraître cruels. Je sais, ils s'entre-tuent pour des raisons obscures, ils se détestent juste en raison de leur race, la couleur de leur peau, leur religion. Je sais, au lieu de s'aimer et de s'accepter, ils se détestent, se méfient les uns des autres et ne laissent pas de chance à l'amour et à l'amitié. Je sais, des maladies exterminent les hommes par milliers, je sais il y avait le sida, ebola, et maintenant zika. Je sais, çà craint. Je sais, c'est dur.

Mais je sais aussi que ce n'est pas le monde que nous souhaitons vous laisser. Depuis le jour où vous étiez conçus, il ne s'est passé une seule journée sans que, votre papa et moi, nous ne pensions à comment vous donner une existence la plus épargnée possible par ces maux qui ravagent, une enfance heureuse, un avenir sûr. C'est devenu notre occupation quotidienne et permanente, vous donner suffisamment de force pour que vous puissiez voler de vos propres ailes, vous donner assez de confiance en vous-mêmes pour que vous ne ployiez devant l'adversité, vous donner un amour sans faille pour que vous sachiez que vous avez un port d'attache, deux personnes en qui vous pourrez compter en toutes circonstances.

Car nous avons fait, faisons et ferons de notre mieux pour rendre ce monde meilleur, moins dur, moins cruel. Comme des millions de papas et de mamans. Nous aurons réussi si nous pourrons vous inculquer l'amour et le respect d'autrui. Nous aurons réussi si nous pourrons vous transmettre les valeurs auxquelles on tient, nous aurons réussi si nous arriverons à vous faire comprendre combien il est vain, absurde et lâche de tuer des dessinateurs pour les dessins qu'ils ont fait, des centaines d'innocents pour des raisons qui ne les concernent pas, des milliers d'innocents pour la seule raison qu'ils ne pensent pas comme nous, de vous faire comprendre que nous avons un devoir et la responsabilité d'agir à notre humble niveau pour protéger les enfants et les arracher des mains de leurs bourreaux, le devoir et la responsabilité de regarder autour de nous et de donner la main aux plus nécessiteux. Nous aurons réussi si nous arriverons à vous inculquer qu'il est nettement plus bon de donner que de recevoir, et de rester plein de sollicitude et de bienveillance envers les gens, d'accepter les gens tels qu'ils sont, d'accepter ceux qui sont différents et d'y voir seulement une richesse.

Le monde que nous vous laissons est tel qu'il est. Vous devez vous adapter et essayer à votre tour de le rendre meilleur, de toutes les façons possibles. Et surtout sachez que le plus important est l'amour inconditionnel que nous vous portons et qui nous l'espérons, guidera vos pas. Sachez aussi que tout n'est pas tout noir et obscur, il y a aussi plein de belles choses, sachez en être dignes. Et gardez vos rêves et vos espoirs intacts.

Maman ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 25 Mars 2016

Que leur dire ?

Ils sont là quand nous regardons les images à la télé. Ils sont quand nous en parlons. Ils sont là, ils entendent tout. On voit qu'ils essaient de comprendre. Mais on voit que çà les dépasse.

Comment dire aux enfants l'absurdité de ces attentats ? Comment leur dire que c'est absurde mais que çà a tué et continue à tuer des gens par centaines ? Comment leur expliquer la raison qui pousse des personnes à en tuer d'autres pour des raisons qui nous échappent à nous-mêmes ?

Quels mots utiliser ? Quelle explication donner ? Comment expliquer l'inexplicable ? Devrait-on tout dire ? Comment expliquer la lâcheté, la stupidité de certaines personnes qui se font exploser et emmener des centaines de personnes innocentes dans une mort aussi absurde ?

Nous sommes à 10.000 km de la France. Les attentats nous touchent par le coeur, mais encore de loin par la distance. Aussi, jusqu'à ce que j'en sois vraiment obligée, je préfère ne pas parler à mes enfants de ces attentats et de tout ce qui les entoure. Il y a un je-ne-sais-quoi qui me retient et me commande de les laisser dans l'innocence et la légèreté de leur enfance.

Un jour, bien sûr que je leur en parlerai. Ils auront grandi. Ils comprendront mieux et se feront une idée par eux-mêmes.

Nous ne laissons pas un monde tout à fait beau à nos enfants, mais au moins je pense que nous pouvons les protéger et les épargner autant que possible.

Et vous, parlez-vous des attentats à vos enfants ? Que leur dites-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 24 Mars 2016

L'amour plus fort ...

L'amour plus fort que la haine ! Il le faut ! Car aucun de ces attentats ne peut nous enlever notre liberté. Nous pleurons certes, nous enterrons nos morts, nous pansons nos blessures, mais ils n'auront pas notre âme. Ils ne nous ont pas vaincus, car pour vaincre il a fallu se battre, et à armes égales, il a fallu se battre pour une raison qui tient la route.

Aussi, à tous ceux qui ont été touchés par ces actes barbares et ridicules, à ceux qui, à travers les continents, souffrent d'un mal et sont victimes d'actes qui ne les concernent pas, envoyons nos fleurs, nos pensées, notre amour, notre solidarité !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 22 Mars 2016

Laisser le passé là où il est

Etant d'une nature rancunière, j'ai longtemps souffert de ce qu'on m'a fait dans le passé. Je n'avais aucune capacité à laisser les blessures du passé là où elles sont et de les refermer pour de bon. Même aujourd'hui, il m'arrive de me laisser envahir par le passé et d'en ressentir tristesse ou colère alors que les personnes qui m'ont affligé ces blessures sont passées à autre chose depuis longtemps, ou pire, cherchent à me nuire en permanence car elles savent comment faire pour m'atteindre.

Vous a-t-on déjà dit que parfois notre meilleur ennemi est nous-même ? En ce qui me concerne, ceci est trop souvent vrai. J'ai du apprendre certaines choses et les appliquer dans ma vie pour avancer, et cette chose-là en fait partie. Je dois tous les jours apprendre à dépasser certaines choses, à ne pas trop regarder derrière, à avancer en ignorant certaines personnes ou certaines situations. J'y arrive très difficilement car je dois lutter contre moi-même et certaines de mes croyances et même contre ma nature.

Aujourd'hui, je continue à me soigner car si la plupart du temps, j'arrive maintenant à prendre de la hauteur, à me mettre au-dessus de la mêlée, il arrive encore que je me laisse submerger par un passé douloureux et à vouloir chercher à me venger ou à prendre ma revanche. Dans ces moments-là, je dois me faire violence pour me dissuader de retomber dans le piège et de me relever, sourire et même rire, car la plus grande des revanches reste le sourire et une vie qui continue normalement malgré les attaques et les coups.

J'écris cet article aujourd'hui car je me retrouve dans un de ces moments de doute et de douleur où certaines choses du passé reviennent me narguer et ressortir en moi des choses que j'ai appris à dominer et dompter.

Et je lutte. Je lutte car je ne veux pas revenir en arrière, le présent est trop agréable et beau pour que je le gâche en pensant à des choses passées.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 21 Mars 2016

S'aimer soi-même

Chercher à plaire à tout le monde est une vraie perte de temps. Quand quelqu'un a décidé de ne pas t'aimer, chercher le contraire ne rime à rien. Il vaut mieux cultiver le bonheur à être avec les gens qu'on aime et apprécie.

Pour ma part, j'ai décidé de m'aimer avant tout, de chercher à être quelqu'un de meilleur, quelqu'un dont je serai fière.

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 18 Mars 2016

La peur bleue de l'autre

J'étais effarée en voyant les invectives que les habitants du 16ème arrondissement de Paris lançaient aux responsables du projet d'installation d'un centre d'hébergement pour SDF : "le 16ème va devenir de la merde", "installez-les à Calais", "nous tenons à garder un arrondissement propre et sain", et j'en passe et des meilleurs ...

Car l'autre est un voleur.

L'autre est sale.

L'autre vole l'emploi qui devait nous revenir.

L'autre viole, assassine.

L'autre est un terroriste.

L'autre dénature notre "paysage".

L'autre n'a pas la même culture que nous donc ne peut pas s'intégrer.

L'autre apporte forcément un problème.

Nous n'avons pas envie que nos enfants se mélangent à ceux de l'autre, de peur qu'ils se fassent contaminer, par quoi on ne sait pas trop.

L'autre est différent en tout donc représente une menace.

L'autre ne mange pas comme nous, ne pense pas comme nous, ne parle pas comme nous, c'est chiant.

Et si l'autre était quelqu'un de bien mais dont la vie n'a juste pas gâté ?

Et être SDF veut-il forcément dire être crade et sale aussi dans la tête ?

Quelqu'un qui vient d'ailleurs nous veut-il forcément du mal ?

Et si l'autre était ce frère que nous n'avions pas, cette sœur qui nous fait défaut, cette personne qui peut nous aider à aller mieux par ses mots, par sa présence ?

Et si l'autre ne cherchait qu'à sauver sa peau, sans forcément nous voler notre place ?

Et si l'autre finalement était une richesse et non pas une menace ?

Et si nous essayions de parler avec lui, de le côtoyer et de nous faire une idée sur ce que nous voyons vraiment, sur ce qu'il est vraiment ? Est-ce si difficile ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 17 Mars 2016

Up and down

J'ai toujours eu une grande admiration pour Hillary Clinton, pour son courage et sa détermination, son parcours professionnel et politique exemplaire, sa personnalité hors du commun. Je viens de terminer son livre "Le temps des décisions" et j'aime sa façon de raconter les péripéties de ces 4 années à la tête du Département d'Etat américain, sa façon de décrire de l'intérieur les grandes prises de décision de la Maison Blanche, mais également l'humilité avec laquelle elle fait son coming out sur les erreurs et les défaillances qui ont parfois mis en danger la vie d'américains.

Après sa victoire au 2ème Super Tuesday, on ne peut que lui souhaiter de gagner la primaire (qui est presque acquise) et la présidentielle, surtout si elle devait affronter un certain Donald Trump, une vraie menace pour l'unité des américains, et donc du monde, avec ses idées fascistes et d'un autre âge. Ung BIG UP pour Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche.

J'ai vu le film "Spotlight" avec Mark Ruffalo, Michael Keaton et Rachel McAdams. l'équipe Spotlight du Boston Globe va enquêter sur des affaires de pédophilie mettant en cause des prêtres de la ville de Boston. L'enquête va révéler des intimidations et menaces dont les familles des victimes ont fait l'objet, le rôle controversé de l'Eglise et de la communauté catholique pour étouffer l'affaire. un BIG BIG UP pour tout ce qui est films, articles, reportages et tout support qui tend à dénoncer ces actes intolérables sur les enfants, mais également le rôle de l'Eglise qui préfère se protéger du scandale au lieu de protéger les victimes. Et BIG BIG DOWN pour beaucoup d'hommes d'église dont le rôle dévie incontestablement.

Un BIG BIG UP pour ce reportage fait par des femmes, au péril de leur vie, pour dénoncer l'enfer à l'intérieur de la ville de Raqqa, envahie par Daech. Les reportages de cette envergure ne peuvent qu'être encouragés pour dissuader les jeunes de se faire piéger par cette nébuleuse sans foi ni loi.

Yeonmi Park est une militante des droits de l'homme, qui a fui la Corée du Nord et son enfermement intolérable, pour dénoncer et dire au monde, à travers des conférences et des actions, la barbarie du régime nord coréen et sa volonté d'oppresser le peuple, en commençant par l'oppression intellectuelle et culturelle. Yeonmi dit son émerveillement en goûtant la liberté d'expression et en apprenant chaque jour des choses nouvelles, si en Corée du Nord, toutes les informations sont déformées ou pire, systématiquement censurées. Elle vient de sortir un livre "Je voulais juste vivre" aux éditions Kero. UP.

Bonne journée à tous !

Up and down
Up and down
Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Up and down

Repost 0

Publié le 15 Mars 2016

De l'amour dans l'assiette

Comme je vous l'ai dit à plusieurs reprises, je suis assez nulle en cuisine. Je veux dire à part les quiches, les pizzas, les flans, les gratins pour faire plaisir aux enfants, j'ai vraiment du mal à réussir des plats. J'ai beau suivre les recettes, suivre les conseils de ma mère et de ma sœur, j'ai beau me donner du mal, le résultat est toujours décevant !

Ces derniers temps pourtant, je me suis rendu compte que plus je stresse, plus çà tourne à la catastrophe ! Je me suis dit que je suis chez moi, avec le désir de préparer de bons petits plats pour ma famille, et non à Top Chef où je dois assurer à chaque instant ! J'ai commencé alors à me détendre petit à petit, et ces derniers temps, j'arrive à concocter de bons petits plats, pas extraordinaires mais bons quand même et surtout qui ravissent mes enfants et mon mari.

Je me suis dit que c'est ma quête incessante de la perfection qui me joue encore des tours. Je suis chez moi, je fais de mon mieux, je ne vois pas pourquoi je cherche à me transformer en une Hélène Darroze ou en une Anne-Sophie Pic, je suis une maman qui s'occupe de sa famille mais dont la cuisine n'est pas le plus grand des talents, c'est tout.

Je me suis donc détendu pour mon bien et celui de tout le monde, et j'ai réellement plaisir à cuisiner le dimanche des petits plats qui font notre bonheur !

En réalité, la cuisine est une histoire d'amour. Vous aurez beau mettre les plus extraordinaires ingrédients dans vos plats, ils ne seront pas assez bons tant que vous n'y mettiez l'amour !

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 14 Mars 2016

Des choses sur moi

Je suis nommée par la belle Daphné pour participer au Liebster Award, et çà me touche énormément, c'est très gentil de sa part. Selon Daphné, le principe du Liebster Award consiste à dévoiler 11 choses sur soi, à répondre aux 11 questions du blogueur qui nous a nommé, et de poser 11 question à 11 blogueurs de notre choix.

Je m'y mets donc :

11 CHOSES SUR MOI

J'ai récemment écrit un petit article parlant de moi dont je vous mets le lien ici. Je ne sais pas s'ils sont au nombre de 11, mais en tout cas c'est les choses qui me concernent que j'avais envie de partager avec vous.

MES REPONSES AUX 11 QUESTIONS DE DAPHNÉ

1. "Une hirondelle ne fait pas le printemps". Qu'est-ce qui fera ton printemps cette année ?

A Madagascar, nous n'avons pas les mêmes saisons que la France, donc cette question est déjà dépassée en ce qui me concerne car dans 2 mois, nous entrerons dans l'hiver austral ;-)

2. Quel plat a la saveur de l'enfance ?

C'est un dessert : le flan. Le flan que maman nous préparait était le meilleur du monde. Aujourd'hui, je recherche cette saveur particulière mais je ne la retrouve plus.

3. Quelle serait la meilleure chose à faire avec une pomme ?

Un crumble nappé de crème chantilly ! Çà décoiffe !

4. Sur quelle chanson ne peux-tu t'empêcher de danser ?

A vrai dire, il en existe plusieurs. The dancing queen d'Abba, Alexandrie Alexandra de Claude François, I will survive de Gloria Gaynor ...

5. Quel est ton jeu préféré ?

Le poker !

6. Quelle tendance déco ne franchira jamais le seuil de ta maison ?

En déco, j'aime tout ce qui est chaleureux, convivial, léger. Je n'aime pas les matières trop lourdes, les motifs trop prononcés, les couleurs trop vives.

7. Es-tu plutôt Hitchcock ou Truffaut ?

Truffaut.

8. Quel est ton juron du Capitaine Haddock favori ?

Tonnerre de Brest !

9. Que fais-tu de mieux de tes dix doigts ?

Feuilleter les livres, tourner les pages, écrire, tapoter sur un clavier ... A part çà, ils ne servent pas à grand-chose ;-)

10. Qu'est-ce qui n'est pas si grave finalement ?

La vie. Si on sait bien la prendre, ne prendre que le bon côté, finalement elle n'est pas si moche que çà !

11. A quelle question ne saurais-tu pas quoi répondre ?

A celle-ci :D

MES 11 QUESTIONS

1. Tourne-toi à ta droite. Que vois-tu ?

2. Si tu n'exerces pas ton métier actuel, qu'aurais-tu aimé faire ?

3. Si tu étais président de la République, qu'aurais-tu changé en premier ?

4. Quelle est (ou sont) ta madeleine de Proust ?

5. Es-tu du genre à prendre une décision en deux temps trois mouvements ou as-tu besoin de conseils, de recoupements, de l'avis des autres avant d'en prendre une ?

6. Pour toi, la vengeance est un plat qui se mange froid ou chaud ?

7. Es-tu livre papier ou liseuse ?

8. Pour tes vacances, es-tu plutôt mer ou plutôt montagne ?

9. Quel pays a été une vraie claque pour toi, pourquoi ?

10. Etre leader pour toi, c'est s'imposer ou faire adhérer les gens à ta politique ?

11. Mes questions ont été chiantes ou pas ?

JE NOMME

1. Paulette (Les voyages de Paulette)

2. Bérengère (Bérengère in Wonderland)

3. Marie-France (M France et les Mots)

4. Valérie (Atelier Rue Verte)

5. Sophie (Tribulations d'une quinqua)

6. Virginie (Virginie B)

7. Karine (Miss Tamara)

8. I feel blue

9. Johanna (Miettes de vie)

10. Véronique (Bérénice Big)

11. Cécile (Dans le placard de Dame Renard)

BELLE SEMAINE A TOUS !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 11 Mars 2016

Après moi le bonheur

Je suis sûre que nous étions nombreux à regarder Après moi le bonheur lundi dernier sur TF1. C'est l'histoire d'Anne-Laure Picat (joué par Alexandra Lamy), mère de 4 enfants, atteinte d'un cancer en phase terminale, qui va mener le combat de sa vie pour pouvoir choisir une famille d'accueil pour ses 4 enfants.

C'est bien entendu un film qui nous parle dans la mesure où c'est un condensé de nos angoisses de parents, de mères surtout. Tous les jours de notre vie, nous avons peur pour nos enfants. Nous avons surtout peur que, s'il nous arrivait quelque chose, que deviendraient nos enfants, vont-ils tomber sur des personnes assez bonnes pour les aimer et les chérir, les protéger et les guider à notre place, ou au contraire vivront-ils l'enfer des orphelins tombés entre de bien mauvaises mains ?

Pour ma part, l'histoire même me terrorise mais je suis restée jusqu'au bout du film ne serait-ce que pour voir comment cette femme qui grignote chaque minute à son destin tragique arrivait-elle à trouver la force de se battre pour organiser autant que faire se peut un avenir meilleur pour ses 4 enfants, pour faire en sorte qu'ils ne soient pas séparés, pour pouvoir choisir elle-même, et contre toutes règles et procédures, la famille qui pourrait accueillir ses enfants.

Si je devais ne donner que 3 mots pour définir cette femme, ce serait sans hésitation : AMOUR, COURAGE et ÉTERNITÉ, car malgré la mort, malgré la séparation, elle sera éternellement présente, de par les fruits de son combat, dans le cœur et dans la vie de ses enfants.

Le film c'est aussi le combat d'un père qui se bat pour pouvoir s'occuper lui-même de ses enfants, une fois leur mère partie, mais qui doit trouver la force de reconnaître et d'accepter qu'il n'y arrivera pas.

Et enfin, impossible de ne pas toucher mot sur la rigidité de la loi concernant certaines situations, et de la nécessité encore une fois d'assouplir certaines procédures qui initialement étaient sensées protéger les enfants, mais au final peuvent se révéler contraires à leur intérêt.

Voilà un film qui fait réfléchir sur la fragilité de notre vie, de notre bonheur, mais sur la force que nous pouvons en tirer, sur le caractère extraordinaire et la force de l'amour maternel, le fait que nous pouvons soulever des montagnes pour nos enfants.

Un film d'amour et de courage à voir, et/ou à revoir.

L'avez-vous vu ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Livres Films TV

Repost 0