Publié le 31 Janvier 2017

Il est bien connu, le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Ces derniers temps, une grande amie à moi traverse des tempêtes sentimentales. Elle est mariée, elle a deux enfants. Un collègue à elle lui fait des avances, et bien que certaine qu'il ne se passera jamais rien entre eux, je la vois petit à petit tomber amoureuse de son collègue.

Bien sûr, je la taquine sans arrêt sur le sujet. Je n'arrêterai pas de faire des petites vannes. Mais dans nos moments sérieux pendant lesquels elle m'avoue que cette avance la touche, je n'arrête pas de la mettre en garde pour qu'elle ne laisse pas des plumes dans l'histoire.

Les jours sont passés, nous sommes tout le temps ensemble, nous trois. J'ai l'impression horrible de leur servir de chaperon, un rôle que je n'aime pas car je les sais tous les deux mariés, et les vois tomber petit à petit dans une histoire impossible.

Pendant les fêtes de nouvel an, j'ai le sentiment que chacun de notre côté, nous nous sommes dit que nous devions absolument revenir à la raison, eux d'abord, puis moi je dois sortir de cette sorte de connivence malsaine. 

Le collègue a coupé court à ses avances. J'en suis heureuse pour çà, mais en même temps, je vois mon amie sombrer. Elle n'a plus de joie dans son regard. Elle a le moral à zéro. Pas besoin d'être psychologue pour comprendre d'où çà vient. Puis, elle commence à s'en prendre à tout le monde. Elle s'en prend à son mari - le pauvre - à propos de tout et de rien, elle s'en prend à moi, elle s'en prend à absolument tout le monde. Je vois qu'elle souffre, mais elle refuse de prendre la perche que je lui tends. Elle n'est plus que dépit et frustrations, et moi je suis les bras ballants devant tout çà.

C'est là que je me rends compte que le coeur peut nous mener dans la détresse la plus totale. La raison est là pour nous sauver la mise, mais tout ceci au détriment de ce pauvre coeur si vulnérable et si facile à malmener.

A choisir, je choisirais la raison, car elle me permet d'être lucide et maîtresse de moi-même. Le coeur, lui, me rend dépendante, et j'ai peur de la dépendance.

Et vous, coeur ou raison ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 27 Janvier 2017

Le sujet me parle de plus en plus. C'est le contexte qui fait çà, car non seulement les difficultés économiques et financières ambiantes nous poussent à faire attention aux dépenses, à trouver des astuces pour dépenser malin et utile, à chercher sans cesse des bons plans pour dépenser moins ou pas du tout. Mais aussi parce que je suis effarée par tant de gaspillages autour de moi. 

Je commence par chez moi. Ne serait-ce que cette semaine, j'ai dû jeter à la poubelle :

- un paquet entier de pains de mie qu'on a oublié au fond d'un placard et qui a moisi

- la moitié d'un petit bocal de sauce bolognaise qui a moisi dans le frigo car on ne l'a pas consommé aussi rapidement comme le conseil de conservation sur le bocal indiquait

- la moitié d'un bocal de compote de pommes qui a moisi comme la sauce bolognaise car on ne l'a pas consommé rapidement comme nous devions le faire

- deux tranches de jambon qu'on n'a pas terminé 

- quatre bananes et une mangue qui ont eu le temps de pourrir car on ne l'a pas mangé

- quelques légumes qui ont complètement séché au fond du frigo

Je n'ai pas encore fait le bilan réel du gaspillage chez moi, mais à ce rythme, on a dû jeter des kilos et des kilos d'aliments à la poubelle. Quand je pense aux personnes nécessiteuses, çà me fait mal. J'ai le sentiment d'être irrespectueuse envers ces familles qui triment pour avoir quelque chose à se mettre sous la dent, mais également irrespectueuse envers la nature si généreuse envers nous, mais que nous ne respectons pas.

Depuis quelques mois, la nécessité de revoir ma façon de consommer me trotte dans la tête. Et quand je lis des articles sur le sujet, comme cet article de Justine (du blog Le monde de Justine) et cet article concernant l'expérience de cette journaliste britannique, çà me renforce dans mes résolutions à me remettre en question. 

J'aurai certainement l'occasion de venir vous parler ici de tout çà, mais en tout cas, je pense qu'il est possible et nécessaire que nous revoyons notre façon de vivre en général, de consommer surtout, d'appréhender notre vie, de nous contenter de choses simples et pas forcément onéreuses. 

Et vous, êtes-vous arrivés à la mêle conclusion ? Ou avez-vous déjà entamé le changement dans votre façon de consommer ?

Dites-moi tout ! 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 25 Janvier 2017

Elle est la douceur et la tendresse personnifiées 

Elle est avenante et conciliante,, toujours prête à aider 

Elle adore sa famille et la défend bec et ongles

Elle est gentille et a en même temps un caractère bien trempé

Elle a ce regard de défi qui fait ployer les plus forts 

Elle ne se laisse pas faire

Elle est une vraie pipelette, un moulin à paroles qui épuise les plus bavards

Elle sait ce qu'elle veut et l'obtient presque toujours

Devant elle, son papa cède à tout

Devant elle, sa maman dégouline de tendresse 

Devant elle, son grand frère, d'habitude un peu dur, baisse les armes

Elle est intelligente et perspicace

Elle est curieuse de tout

Elle est facétieuse et a un humour décapant 

Elle a un rire si beau, si fort, si contagieux

Elle vient d'avoir 6 ans !

Elle, c'est ma fille chérie, qui est venue me confirmer que le plus beau rôle de ma vie, c'est d'être leur maman, à elle et à son frère ♥

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 24 Janvier 2017

Pas besoin de voir plus d'images pour constater que le petit dernier de Donald Trump est différent. Peu importe qu'il soit autiste ou autre chose, il est juste différent mais a droit à autant de respect et de considération que tous les enfants. 

Bien entendu, je déplore les sarcasmes et les railleries sur les réseaux sociaux ! Cet enfant, qui n'a rien demandé de ses problèmes, et encore moins demandé de son statut actuel, ne mérite pas qu'on se moque de lui de cette façon, car ce serait jouer le même jeu que son idiot de père qui se moque ouvertement des handicapés alors même que son propre fils a des problèmes. 

Et c'est probablement pour cette raison que le monde entier se moque de cet enfant qui devient le bouc émissaire des stupidités de son père. Je ne pense pas que les gens se donnent à coeur joie face à un enfant autiste, ils s'en prennent à leur père à travers lui et c'est malheureux.

Je pense donc que cet enfant, qui n'est autre qu'une autre victime de Donald Trump, de par les propos malveillants de ce dernier à l'endroit des handicapés, mérite qu'on le laisse tranquille. 

Par contre, Donald Trump se trouve encore plus laid et encore plus dégoûtant à mes yeux à cause de son mépris et sa condescendance envers les gens différents, dont son propre fils ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 23 Janvier 2017

MA FILLE : Maman, est-ce que tu as trouvé l'autre chaussure de Barbie ? (sa poupée Barbie)

MOI : Mais c'est toi qui as vu où elle était tombée, tu devrais savoir où chercher, non ? 

MA FILLE : Maman, tu m'énerves, il faut que tu cherches !!

*********** 

MOI : Cà fait trop longtemps que tu es devant la télé, va jouer à autre chose maintenant. 

MON FILS : Mais Le Frère des Ours vient de commencer !

MOI : Tu le regarderas une autre fois, c'est le 3ème dessin animé que tu regardes ce matin !

MON FILS : Maman, tu es vraiment trop énervante !! Je te dis que j'ai envie de le regarder maintenant ... ! 

************ 

MA FILLE : Maman, tu ne m'as même pas écouté, qu'est-ce que je viens de te dire ? 

MOI : Euh excuses-moi ma puce j'avais la tête ailleurs ...

MA FILLE : Maman, mais tu es vraiment trop énervante hein !

************ 

MON FILS : Maman, mais pourquoi tu m'énerves toujours comme çà ... !!! 

************ 

Et vous, êtes vous celle ou celui qui énerve vos enfants ? :p

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 20 Janvier 2017

On regrettera longtemps Barack Obama et sa famille qui ont marqué leurs deux mandats par leur classe, leur élégance, la retenue dans le discours, leur bienveillance, leur intelligence, leur humour.

A partir d'aujourd'hui, Donald Trump arrive à la Maison Blanche avec, dans son sillage, la crainte d'un monde bouleversé par un amateurisme effrayant et une impulsivité dangereuse. Il arrive à la Maison-Blanche et prendra entre ses mains l'avenir du pays le plus puissant du monde et l'avenir du monde entier. Il aura à partir d'aujourd'hui entre ses mains le code nucléaire. Cette seule idée me fait frissonner ! 

Il arrive à la Maison Blanche avec tellement d'impopularité que l'on voit mal comment il arrivera à unir la nation, surtout suite à ses discours clivants au possible. 

On espère qu'il arrêtera maintenant de twitter, et qu'il accepte enfin de vêtir son habit d Président. Car malheureusement, l'avenir du monde en dépend 

A partir d'aujourd'hui, place à l'inconnu, et l'inconnu fait peur. Dans son élégance, Barack Obama a voulu être rassurant, mais est-il réellement rassuré lui-même ? Je ne le crois pas. 

Il nous reste la prière ! God bless the USA ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 19 Janvier 2017

Beaucoup peuvent être tentés de dire que finalement obtenir un ou des diplômes universitaires ne mène pas forcément à grand-chose, que finalement, ils ne servent qu'à étoffer un CV qui n'est même pas une garantie d'un emploi bien payé et stable. 

Beaucoup d'exemples nous montrent en plus que sortir des sentiers battus, trouver le bon filon, suffit à gagner sa vie, et bien, qu'on ait ou non un diplôme en poche.

J'ai eu l'occasion d'en parler avec un ancien copain de classe dernièrement. Je me souviens qu'il n'aimait pas l"école, et y va parce que les parents l'y envoient. Petit déjà, il n'aimait pas faire comme les autres, et ne se voyait pas faire des études supérieures. Une fois le bac en poche, on se cassait la tête sur la meilleure étude à faire, sur le meilleur chemin à entreprendre, lui se contentait d'un BTS. 

Par la suite, il refusait d'entrer dans le moule, et de décrocher un emploi salarié, préférant travailler à son compte - c'est tout à son honneur - sauf que beaucoup plus tard, il a été rattrapé par ses propres limites, car le secteur où il évolue est hyper saturé et très sélectif, et demande justement un diplôme d'études supérieures. De plus, avec l'âge et l'envie enfin de se stabiliser dans un emploi salarié, il se trouve maintenant trop vieux pour déposer pour la première fois des candidatures dans des sociétés. 

Son expérience m'a montré que passer par la case "école" et "études" est vraiment essentiel dans la vie. Peut-être les diplômes ne servent pas dans un contexte particulier, notamment dans un contexte de crise comme il en existe aujourd'hui partout, mais ils restent un bagage et un atout pour avoir mieux, pour demander plus. Je pense qu'il ne faut pas oublier que l'élément "chance" joue aussi beaucoup dans les success stories qu'on voit par milliers, des self made men qui ont gravi chaque échelon à la force de leurs bras et de leur volonté, et qui ont rencontré le succès sans diplôme en poche. 

Et vous, pensez-vous aussi que passer par la case "études" et décrocher ses diplômes est essentiel ? 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 18 Janvier 2017

Auparavant, Madagascar était connu pour sa faune et sa flore endémiques, ses plages de rêve, son authenticité, le sourire de ses habitants. 

Avec les années, l'image s'est petit à petit détérioré pour ne laisser place qu'à un pays exsangue de trop d'années d'instabilités politiques, de mauvaise gestion des affaires publiques, de cupidité des hommes au pouvoir. La pauvreté est devenue le lot quotidien de la majorité de la population, seule une poignée de nantis slalome sur les vagues d'une économie plus que jamais inégale, une économie au bénéfice d'une minorité qui est loin loin loin d'un sentiment patriote. 

Je me réveille ce matin avec un sentiment de malaise. Mon cheminement personnel veut que je voie toujours en chaque chose le côté positif, que je cultive toujours un optimisme à toute épreuve, mais ce matin, je me sens pour la première fois vraiment désespérée sur la situation de mon pays, Madagascar. 

Ces dernières années, l'opulence des gens au pouvoir, leur voracité, tranche sur la misère grandissante des malgaches. Les 4x4 rutilantes des proches des gens au pouvoir roulent sur les bitumes où sont entassés des milliers de sans abris, des femmes, des enfants, des vieillards qui attendent je ne sais quoi, qui passent complètement invisibles aux yeux des passants.

En ce moment, le pays traverse un énième drame, la pluie de laquelle dépendent des milliers d'hectares de culture, de laquelle dépend l'approvisionnement en eau et en électricité des villes, se fait désirer. La sécheresse est aux portes d'Antananarivo, les rizières sont asséchées, les fleuves et les lacs tarissent, et on parle de plus en plus d'une coupure totale de l'approvisionnement en eau. 

Je n'ose imaginer les conséquences d'un tel scénario catastrophe sur le pays. Je n'arrive même pas à imaginer comment les gens pourront s'en sortir. Pour le moment, aucune annonce d'actions drastiques pour régler le problème, que des réunions interminables en haut-lieu qui peinent à se transformer en actions. 

Madagascar est en détresse ! L'île ne vit pas, elle survit. Elle a tellement de richesses dans son sous-sol, le soleil y brille 10 mois sur 12, les plages sont toujours aussi magnifiques, la faune et la flore et les pierres précieuses, les bois précieux bien que surexploités par de vraies mafias, sont encore autant de richesses, mais Madagascar se meurt à petit feu, aux mains de dirigeants cupides et qui ne pensent qu'à leurs propres intérêts.

SOS, PARADIS EN DETRESSE !

{ Madagascar } 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Société

Repost 0

Publié le 17 Janvier 2017

Nous sommes nées avec un instinct maternel différent. Certaines d'autres nous sont nées pour être mères et rien que çà, elles feront donc passer le reste après leur rôle de mères, d'autres arriveront à jongler cahin caha entre une vie professionnelle riche et une famille à gérer, puis il y a celles qui sont dotées de si peu d'instinct maternel et qui essaient toute leur vie de faire de leu mieux, en étant constamment sous les feux des critiques. 

Une chose est sûre, aucune d'entre nous n'est née avec toutes les compétences requises pour aimer, élever, gérer un enfant. Nous sommes je suppose toutes passées par toutes les étapes possibles, nous avons fait toutes les erreurs possibles et imaginables, nous avons été critiquées, admirées, vilipendées, copiées, décriées ... 

Mais finalement, après des années d'apprentissage de ce métier aussi bien merveilleux que prenant, nous arrivons toutes à nos propres conclusions, à rectifier certains tirs, à enrichir encore plus notre vie de famille, à nous réconcilier avec nous-mêmes, à avoir une idée précise de ce que nous voulons pour nos enfants.

S'il y aune chose que j'ai appris à apprivoiser, c'est bien ma propension à m'énerver contre les enfants. Je regretterai jusqu'à la fin de mes jours les cris, certains gestes et certaines paroles faits sous le coup de la fatigue ou de la colère. Je me rends compte qu'ils étaient non seulement inutiles, mais surtout blessants pour mes enfants. 

J'ai du apprendre petit à petit à apprivoiser la fatigue, l'énervement, la frustration, la colère, j'ai appris à souffler, j'ai appris à me contenir, à me maîtriser, et aujourd'hui, moi-même je suis fière de tout ce chemin parcouru. Je suis fière de voir que face à des situations explosives, j'arrive à me maîtriser, à me retenir et à sortir des paroles apaisantes et douces, des paroles et des gestes positifs et qui réparent. 

Je suis d'autant plus fière quand je vois le résultat et l'effet sur mes enfants, sur ma vie de famille. Cela fait des mois et des mois maintenant que les cris n'ont plus droit de cité chez nous. On peut sentir la tension descendre d'un cran, et aucune situation, aussi négative soit-elle n'arrive à nous faire sortir de nos gonds. Cela a un effet immédiat sur la qualité de notre vie familiale, sur la qualité du sommeil, sur notre vie professionnelle et sur la vie scolaire des enfants. 

C'est bien pour cette raison que j'ai choisi la bienveillance comme moteur de notre vie et des relations sociales que nous tissons, car c'est en suivant ce fil de la bienveillance que j'ai vu le bienfait de rester à des relations apaisantes et sans tension. 

Je recommande vivement ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Les Kids

Repost 0

Publié le 16 Janvier 2017

Mon fils étant curieux de nature, il y a quelques jours, je lui ai parlé de tsunamis. Il n'a pas arrêté d'en parler, de me demander si les vagues étaient hautes "comme çà?", etc. J'ai essayé alors d'expliquer mais je voyais qu'il ne se rendra compte de la dimension de cette catastrophe qu'en voyant des images. Il me regardait avec un regard un peu incrédule quand je lui dis que les vagues étaient plus hautes que "cet immeuble-là", ou quand je lui raconte que les vagues ravagent aussi bien les arbres les plus hauts que les maisons.

Pour qu'il sache à quel point cette catastrophe naturelle était destructrice, je voulais cherches des images ou des vidéos sur les tsunamis meurtriers de 2004. C'est là que je me souvenais du film "The impossible" qui raconte ce qui est arrivé à la famille Benett le lendemain de Noël 2004 à Phuket. J'ai cherché le CD et demandé à mon fils s'il voulait de le regarder avec moi. 

Je savais que le film allait être dur, et comme je l'ai déjà vu une fois, je connaissais l'histoire. Mais çà ne m'a pas empêché de pleurer toutes les larmes de mon corps en voyant Maria Benett (Naomi Watts) s'accrocher à un tronc d'arbre pour éviter d'être emportée par les vagues. Elle regarde autour d'elle et ne voit que ruines et désolations. Aucune trace de son mari, ni de ses 3 garçons. Elle pousse alors un cri animal, de douleur physique car elle a été malmenée par les flots, mais surtout de douleur et de terreur que seules les mères peuvent ressentir. 

Le film tient en haleine jusqu'au bout et nous fait nous rendre compte de notre grande vulnérabilité face à la nature. 

Quant à mon fils, il sait enfin ce qu'est un tsunami et en mesure sa dimension ravageuse. 

L'avez-vous déjà vu ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Livres Films TV

Repost 0