Articles avec #humeurs tag

Publié le 22 Juin 2017

Nous sommes tous amenés à faire des rencontres dans notre vie. Certaines nous laissent indifférents, certaines nous surprennent, certaines nous marquent, certaines peuvent changer notre vie, en bien ou en mal. 

Puis il y a de belles rencontres avec de belles âmes ! Le genre de rencontres qu'on aimerait faire un peu plus souvent ! Des rencontres qui nous donnent des ailes, qui changent notre vision du monde, et la façon de l'appréhender. 

J'ai rencontré il y a quelques jours une belle personne, belle dans tous les sens du terme. Je ne parle pas forcément de beauté physique, mais de l'éclat de son sourire, la bonté dans le regard, cette générosité d'âme et de coeur qu'on touche presque du doigt, la sincérité dans la voix. La bienveillance à l'état pur.

Cette personne n'est pas encore devenue une amie pour moi, mais je sais déjà que je vais chercher très souvent sa présence, que ses conseils me seront longtemps précieux, que la lumière qu'elle apporte me sera nécessaire. Je sentais dès les premières discussions avec elle le bourgeon d'une amitié belle et sincère. C'était une sorte de coup de foudre, l'entente était immédiate, les affinités évidentes. 

Ce genre de rencontre embellit notre vie. Elle arrive à un moment inattendu, comme si la personne a été mise sur votre chemin à dessein.

Avez-vous déjà fait ce genre de rencontre ? Racontez-moi tout, je suis toute ouïe :D ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 21 Juin 2017

Une fois encore, je vous remercie de votre intérêt et de vos commentaires sur mon dernier article.

Aujourd'hui, je parle de ce sujet qui me tient quand même à coeur. Je me qualifie comme quelqu'un de gentil ! Du moins, je l'ai toujours été mais je le suis moins face à certaines situations. 

Je m'explique.

Toute modestie mise à part, je me trouve douce et gentille. Certaines personnes, dans mon travail surtout mais étrangement venant de certains membres de ma famille élargie aussi, ont l'habitude de s'en prendre à moi par des gestes de mépris ou des ricanements, ou parfois par leurs mots dits face à face ou dans mon dos. 

Avec les années, et en prenant de l'assurance, je suis devenue de plus en plus dure, je réponds parfois du tac au tac, je n'en fais qu'à ma tête prouvant ainsi que je suis loin d'être la punching-ball que les gens pensaient. 

Avec les années donc, je suis toujours gentille envers mes proches, envers mes collègues qui me respectent, mais sors très vite mes griffes face à certaines situations. Des situations humiliantes, des pièges dans lesquels je suis naïvement tombée m'ont aussi permis d'anticiper ou d'esquiver les attaques et les coups bas. Je suis passée maître de l'esquive des peaux de banane en tous genres, et je n'en suis pas peu fière.

Par contre, je trouve regrettable que les gens usent trop facilement et trop fréquemment de peaux de banane et de ragots pour descendre et salir autrui. Je méprise les personnes qui ont l'habitude de salir pour se distinguer, qui se pensent obligés de descendre autrui pour se hisser. Et je trouve encore plus regrettable que beaucoup trop de personnes croient aux mensonges et aux ragots sans prendre la peine de vérifier d'abord. Je n'aime pas que les gens jugent trop facilement sans savoir. 

Etes-vous aussi confrontés trop souvent à ce genre de situation ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 19 Juin 2017

(photo)

Si je n'avais pas peur, ...

Je ne serais pas en ce moment dans ce bureau à faire ce travail que j'aime de moins en moins.

J'aurais ouvert ma crèche ou une école maternelle, moi qui suis passionnée par le métier de la petite enfance. Je n'aurais pas fait ces calculs qui me rappellent sans cesse que je perdrais 1/3 ou même ma moitié de mon salaire si je me lançais à mon compte.

A défaut de la crèche ou de l'école, j'aurais choisi un travail que je peux faire de chez moi pour être au plus près de mes enfants chaque jour, les préparer calmement le matin, être là quand ils reviennent le soir, me perfectionner en cuisine, ces petites choses du quotidien que je n'arrive pas à faire aussi souvent que je le veux.

La peur de gagner moins, la peur de l'inconnu, la peur d'un lendemain incertain, étant trop habituée aux fins de mois stables, font que je n'ose pas me lancer dans ce que je veux. Un reportage sur la reconversion professionnelle m'a fait me rendre compte qu'on ne peut pas gagner sur tous les plans. Beaucoup ont vu leurs revenus divisés en deux mais gagnent en liberté, en sérénité et font enfin quelque chose qu'ils aiment.

J'ai aussi compris que l'argent est important mais il n'est pas tout. Vivre de sa passion, vivre une vie plus proche de ses aspirations vaut tous les salaires du monde. 

En tout cas, à méditer sérieusement, en ce qui me concerne ! 

Et vous, la peur vous bloque ou vous a déjà bloqué dans vos rêves ?

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 15 Juin 2017

D'abord, je voulais vous remercier pour vos mots gentils suite à mon dernier article. Je me sens tellement soutenue et moins seule en lisant vos commentaires, et puis, vous avez raison, la vague passe toujours ! Je vous embrasse bien fort.

Sans transition, hier, je commençais à me demander ce que j'allais bien offrir à mon mari pour la fête des pères. C'est toujours un peu difficile d'offrir un cadeau à un homme, surtout quand il est un peu compliqué sur ses goûts. Finalement, j'ai opté pour une veste, un modèle qu'il ne choisit jamais sur les rayons alors que je suis sûre que ce modèle-là l'irait à merveille. 

Mais dans mes réflexions, en faisant les magasins hier, j'ai surtout pensé à notre relation. A ce qui va et à ce qu'il y a à améliorer. Notre situation a fait que çà n'a pas toujours été facile. Nous sommes issus de deux générations bien distinctes et les principes et les points de vue sont bien différents. Notre culture familiale aussi diffère énormément, lui est issu d'une famille un peu vieille école, et moi, je me pense plutôt progressiste et pas conformiste pour un sou. Du coup, très souvent, çà déclenche quelques frictions.

En repensant à toutes ces années, je me rends compte qu'aussi bien lui que moi faisons énormément d'effort pour comprendre et accepter l'autre. Car c'est bien de çà qu'il s'agit. Les années passant, nous nous rendons compte qu'il est inutile de changer l'autre, mais plutôt de le comprendre et de l'accepter. 

C'est justement ce que je me suis dit. Je suis trop souvent sur son dos, lui reprochant beaucoup de choses, alors qu'à bien y penser, et en étant plus attentive, il fait énormément d'efforts pour me comprendre et m'accepter aussi, et surtout il fait de son mieux pour m'aider et me soutenir à la maison. 

En cette veille de fête des pères, et en plus du cadeau que je vais lui offrir, je me suis dit que je pourrais être une épouse plus compréhensive, moins exigeante et plus tolérante envers le père de mes enfants qui est aussi mon meilleur ami, mon putching-ball préféré :p, bref l'homme de ma vie ! 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 13 Juin 2017

Je ne sais pas si çà vous arrive aussi de temps en temps de vous sentir envahis tout d'un coup par une vague de tristesse, sans que vous ne compreniez pourquoi elle arrive à ce moment précis et comment l'éviter ? 

Un moment pas agréable du tout où vos blessures passées ou des souvenirs malheureux ou humiliants reviennent vous hanter, avec ce qu'ils entraînent de tristesse, de douleurs, de colère, de révolte, et parfois de désir de vengeance. 

Je n'aime pas quand cette vague vient bouleverser le calme que j'ai pu installer en moi. Je n'aime pas quand elle vient susurrer des émotions que je désire enfouir au fond de moi. Je n'aime pas quand elle me rend agressive et vindicative. 

Je n'aime pas cette vague de douleurs et de souvenirs désagréables qui vient me rappeler des instants dont je n'ai justement pas envie de me rappeler, des sentiments de vulnérabilité qui me déstabilisent. 

Après son passage, j'ai comme l'impression de devoir faire les mêmes efforts sur moi-même pour aller mieux, pour accepter les choses comme elles sont, et aller de l'avant. Je n'aime pas cet éternel recommencement, même si je sais que je n'y peux rien.

Je fais donc en ce moment le dos rond pour que cette vague passe, je fais en sorte de ne pas me laisser emporter. Puis elle me laissera tranquille un petit moment ... jusqu'à ce qu'une nouvelle vague, heureusement de moins en moins forte, vienne chercher à m'engloutir. 

J'espère juste qu'elle ne réussira pas ... 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 9 Juin 2017

Comme c'est drôle et en même temps attendrissant de voir un peu de nous chez nos enfants. Rien de plus normal pourtant puisque nous sommes le premier modèle qu'ils voient et côtoient au quotidien depuis leur naissance. 

J'aime voir mes propres gestes et mes propres paroles reproduits par ma fille avec ses poupées. J'aime voir sa façon de dire "je t'aime" à ses poupées car çà veut dire que c'est exactement comme çà qu'elle accueille mes "je t'aime" à moi.

J'aime voir mon fils se préparer le matin avec des gestes de son papa, j'aime quand il demande le samedi à s'habiller comme son père, à porter son sac de sport exactement comme son papa fait. 

J'aime voir que nos enfants aiment lire comme moi-même et mon mari, je suis attendrie de les voir prendre un livre au moment de se coucher, exactement comme je le faisais petite, et comme nous le faisons encore tous les soirs. 

C'est drôle de voir ma fille qui adore la glace comme moi, et le chocolat comme son papa. C'est drôle de voir mon fils préférer le salé au sucré, comme moi, et les plats un peu lourds comme son papa.

J'aime voir que nos enfants aiment les voyages comme nous, qu'ils ne tiennent jamais sur pied, qu'ils nous demandent dès notre arrivée quand nous repartons et où. Exactement comme nous-mêmes pensons, dès les valises posées, à la prochaine destination de vacances. 

J'aime voir que certains gestes, certaines paroles, certaines habitudes se perpétuent de génération en génération, même si parallèlement, chacun de nous est unique et a sa propre personnalité. 

Et vous, voyez-vous aussi un peu de vous chez vos enfants ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 6 Juin 2017

Samedi dernier a eu lieu la finale de la Coupe d'Europe. Mon mari a invité quelques copains pour une soirée foot, autour d'un barbecue, et fortement arrosé de bières et de whisky ! Il ne le fait pas souvent donc j'ai fait contre mauvaise fortune bon coeur. 

A l'entendre, c'était une soirée foot d'anthologie ! 

Pour ma part, c'était autre chose ... 

J'ai tout préparé pour leur faire plaisir, j'ai mis la table de telle sorte qu'il ne leur manquera de rien. A un moment, j'ai souri car j'avais vraiment l'impression de m'occuper de petits enfants. Je fais exactement les mêmes choses quand je prépare les enfants pour une sortie ... ! 

A partir de 20h, ses copains arrivaient un à un. D'abord dans le calme. Moi et les enfants, on se retirait dans nos chambres. Puis arrivait 20h30, le son est monté d'un cran, les voix se font beaucoup moins discrètes. Heureusement, j'ai dit à mon mari de toujours bien fermer la porte qui les sépare de l'espace nuit pour éviter que les enfants se réveillent. 

21h. Le match commence, du moins c'est ce que je comprends de loin en les entendant parler (hurler ?). Et là, impossible pour moi de fermer l'oeil. Les deux-trois fois où j'arrivais à m'assoupir, j'ai été réveillée en sursaut par des "BUUUUUUT", et çà a duré 90 minutes. J'ai pris le parti d'attendre la fin du match pour essayer de m'endormir, j'ai carrément pris un livre et m'y plongeais au rythme des cris et hurlements d'hommes qui décidément se transforment en ados attardés quand ils sont ensemble !! 

Mais à la fin du match, ils ont décidé qu'ils sont si bien ensemble, qu'il reste encore à manger et à boire.

La soirée s'est terminé vers 2h du matin, dans un vacarme total. Quand le dernier invité s'en est allé, j'ai enfin pu m'endormir, les nerfs en pelote !

Le lendemain matin, c'est bien entendu moi qui me suis réveillée en premier, mon homme dormait à poings fermés dans un ronflement plus bruyant que d'habitude. 

Je vais dans le salon et la cuisine, et qu'est-ce que j'y vois ? 

LE CHAOS ... !!!

Inutile de vous dire comment j'ai occupé ma matinée de dimanche :-/

Chez vous, les soirées foot sont fréquents ? Et comment çà se passe ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 1 Juin 2017

Juin a toujours été pour moi le début des vacances. Quelques idées de voyage trottent depuis quelques semaines dans nos têtes, mais les projets prennent généralement forme au mois de Juin.

Juin, c'est aussi se dire que les enfants auront leur fête de l'école dans une quinzaine de jours et pourront déjà par la suite se relaxer car ils iront à l'école pour des jeux, des ateliers, et non plus pour de vrais travaux scolaires.

Juin, c'est la perspective de semaines de farniente, de repos, de rires, de soleil, de mer.

En Juin, on fête l'anniversaire de mariage des parents. C'est toujours attendrissant de penser que tout a commencé un certain jour de Juin. Que cette merveilleuse famille a pris corps à ce moment-là. Qu'une trentaine d'années plus tard, nous voilà (les enfants) trentenaire et quadras, que nos enfants grandissent et préparent leurs chemins respectifs sous nos yeux et sous nos ailes, et surtout sous le regard fier et aimant de nos parents. 

Juin a aussi vu, il y a 12 ans, la naissance de notre projet de vie commune. Aujourd'hui, nous sommes là, et nous sommes désormais quatre. Le chemin parcouru jusqu'ici a été semé de difficultés, d'obstacles en tous genres, dont certains étaient complètement inattendus. Mais que de joie aussi, que de bonheur à quatre ! Aujourd'hui, nous sommes conscients que le meilleur reste à venir, mais qu'il nous faut aussi composer avec d'autres difficultés, d'autres soucis, mais nous nous sentons plus forts ensemble. 

Et toi, que t'inspire le mois de Juin ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 16 Mai 2017

J'ai, de temps en temps, besoin de m'isoler, de rester seule, de ne penser qu'à moi, de faire les choses que je n'ai pas le temps de faire tous les jours. Cà m'arrive 3 ou 4 fois dans l'année de prendre quelques jours de congé et de faire absolument tout ce que j'ai envie de faire. 

Depuis hier, c'est le cas. Je prépare les enfants le matin, les dépose à l'école et vois avec bonheur les 8 heures de liberté qui s'offrent à moi jusqu'au moment où ils reviennent de l'école. 

Dans ces moments de liberté, je lis beaucoup, regarde à la chaîne mes séries TV, fais du shopping, fais quelques réparations à la maison, cuisine, reste des heures au téléphone avec une amie, ma mère ou ma soeur. Parfois, il m'arrive aussi, une fois les enfants partis pour l'école, de retourner sous la couette profitant du calme pour rattraper un sommeil quelque peu capricieux depuis quelques temps. 

J'aime ces petites parenthèses où je ne cours pas après l'heure, où le temps ralentit enfin, où il n'y a aucune urgence, où chaque minute m'appartient. 

Et bien je vais vous laisser car j'ai quelque chose à ... ne pas faire (LOL) ! 

Bises à tous ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0

Publié le 12 Mai 2017

Cela fait des semaines que je ne parle ici que de politique, d'élections, de débats. Il était temps de parler d'autre chose car, vous je ne sais pas, mais moi je commence un peu à saturer sur le sujet. 

Aujourd'hui, je vais parler d'un sujet important que je vois abondamment évoqué ces derniers temps : la charge mentale des mères de famille. Je vis avec un homme de quelques années mon aîné, qui n'est pas de ma génération, qui est de la vieille école en ce qui concerne la gestion du ménage, la place de la femme et de l'homme dans la famille, de la répartition des charges et des tâches, de l'éducation des enfants. Je peux vous dire que ce n'est pas facile quand on n'a pas les mêmes principes sur tous ces points, quand je suis de plein pied dans le 21ème siècle mais que lui a profondément enfoui en lui le souvenir de ses propres parents, de comment ils ont fonctionné. 

C'est pour çà que la question du partage des tâches quotidiennes reste un sujet brûlant chez nous. Bien entendu, c'est un papa formidable pour les enfants, on sent l'effort quotidien qu'il fournit pour être auprès d'eux et les accompagner, mais de mon point de vue, j'ai toujours l'impression que ce n'est jamais assez. Il a fallu que je fasse un énorme travail sur moi pour accepter cette situation, d'autant que je vois chez lui la volonté de s'approcher un peu plus de mes principes.

Aujourd'hui, çà va mieux, on arrive à se débrouiller mais cette histoire de charge mentale est encore très importante dans notre foyer. Du matin au soir, j'ai le sentiment de devoir penser à tout, absolument à tout. Par contre, j'ai réussi à imposer le fait que je ne suis pas parfaite et que je ferai forcément des erreurs. J'ai réussi à imposer mes marques, à laisser les choses telles quelles quand je me sens épuisée, à me consacrer du temps pour moi, à ne pas avoir peur de trouver la maison sens dessus dessous quand je ne me sens pas la force d'y mettre de l'ordre.

En ce qui nous concerne, cette charge repose aujourd'hui essentiellement sur moi, mais j'ai compris qu'il n'était pas possible de renverser la tendance et de la partager du jour au lendemain. C'est ce qui m'a poussé à imposer et à faire accepter que je sois une maman et une épouse faillible, qui commet des erreurs, qui n'est pas parfaite mais qui a toujours à coeur de rendre son mari et ses enfants le plus heureux possible. 

Je ne sais pas vous, mais moi je pense que pour éviter de s'effondrer, il faut donner le maximum comme nous le faisons tous les jours, tout en imposant et en faisant accepter son propre rythme et ses propres limites aux autres pour qu'ils arrêtent de nous accabler. Il y a va de notre épanouissement et par ricochet de celui de nos proches. 

Comment çà se passe chez vous ? 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voir les commentaires

Rédigé par Corinne

Publié dans #Humeurs

Repost 0